Le ministre algérien à Tassaft : « L’unité algérienne est une ligne rouge »

8

KABYLIE (Tamurt) – Le déplacement de chaque ministre des autorités coloniales algériennes en Kabylie ne se passe pas sans envoyer des fléchettes envers les indépendantistes kabyles. Le ministre des Moudjahidines, en déplacement cette semaine à Tassaft pour la commémoration de l’assassinat du colonel Kabyle le plus emblématique durant la guerre de libération, Amirouche Aït Hamouda, n’a pas, lui aussi, raté cette occasion pour fustiger indirectement les indépendantistes kabyles.

« l’unité algérienne est une ligne rouge à ne pas franchir », a t-il laissé entendre. Une menace indirecte pour les militants de l’URK et du MAK qui revendiquent l’indépendance de la Kabylie. Les ministres algériens ont pour consignes de s’attaquer aux indépendantistes kabyles. La peur des autorités coloniales devant la montée du nationalisme en Kabylie est réelle et les décideurs ne savent pas quoi faire devant cette situation.

Le ministre des Moudjahidines qui a reconnu que c’est la Kabylie qui a donné le plus grands nombre de colonels durant la révolution, sait bien que cette même Kabylie est dépourvu de sa liberté et de ses droits linguistiques et identitaires. Il sait aussi que les martyrs kabyles ne sont pas mort pour que leurs enfants soient encore dominés par les Arabes.

Ravah Amokrane