Le parti d’Aït Ahmed sur les pas de l’autonomie ? – Le FFS préconise la décentralisation des décisions et de la gestion des collectivités locales

3

Ce responsable du FFS parle ouvertement de « l’autonomie de gestion locale », une revendication chère au MAK. C’est son cheval de bataille même. Le conférencier, expert émérite en économie, préconise la dotation de l’administration locale de tous les moyens financiers et administratifs pour une réelle prise en charge de la population qui souffre de blocages administratifs, à cause de la centralisation des décisions. Il est plus qu’impératif, estime M. Cherifi, de déléguer la décision aux élus locaux, mais aussi de mettre à leur disposition des moyens financier, qui leur permettra d’être à la hauteur des besoins de la société civile, de plus en plus exigeante.

« Le pouvoir de décision économique est tellement centralisé aujourd’hui, qu’il freine l’investissement », constate le responsable du FFS. Ce dernier a insisté sur une gestion transparente des affaires des collectivités. Chaque élu ou responsable d’une entreprise publique doit rendre public, et aux responsables locaux, des comptes détaillés sur sa gestion. Une manière pas seulement de procéder à une gestion saine et efficace, mais de privilégier les compétences dans chaque domaine. C’est le conseil d’administration qui est habilité à orienter et à contrôler le fonctionnement des entreprises. L’expert indique que « transférer le pouvoir vers les collectivités locales et les entreprises n’est que le transfert du pouvoir vers la population et vers l’emploi. Une manière de faire bénéficier les localités des bénéfices des entreprises ». L’économiste Mohand Amokrane Cherifi n’a pas manqué de critiquer les propositions pour améliorer les conditions de vie des citoyens contenues dans le plan d’action du gouvernement.

Il les juge largement loin des aspirations et attentes du peuple. Par ailleurs, il indiquera que l’instauration d’une démocratie, basée sur la « primauté du politique sur l’économie » est la seule garantie pour un développement durable, d’après l’orateur qui a fait rappeler cette proposition sacrée du parti de Hocine Aït Ahmed.

Izem Irath.info