Le pouvoir finance aussi l’anniversaire de la Fondation Matoub

0
Lounès Matoub
Lounès Matoub

KABYLIE (Tamurt) – Décidément, la lune de miel continue de battre son plein entre Malika Matoub et le pouvoir algérien. Ce dernier n’hésite plus à mettre la main à la poche pour financer toutes les activités de la Fondation Matoub, que la sœur du rebelle préside sans partage depuis 20 ans. Hier, la célébration du vingtième anniversaire de la création de la Fondation Matoub a eu lieu sous le parrainage du même pouvoir.

Comme il fallait s’y attendre, l’affaire du musée n’est pas le dernier épisode du pacte conclu récemment entre Malika Matoub et le pouvoir algérien. Un pacte où le point essentiel, c’est que la sœur du rebelle regagne les rangs des valets du régime politique algérien en ne le critiquant plus mais aussi, en s’en prenant plutôt à ceux qui parlent de manière légitime au nom de la Kabylie authentique. Il y a aussi et surtout l’exigence du silence concernant la vérité sur l’assassinat de Matoub Lounès. Il ne faut plus en parler, a-t-on ainsi susurré à l’oreille de la sœur du rebelle. La contrepartie, ce sont toutes ces enveloppes d’argent attribuées à chaque nouvelle occasion.

Et les occasions, quand elle sont épuisées, la fondation Matoub sait les inventer. Cette fois-ci, c’est la célébration du 20 ème anniversaire de la création de cette fondation. Au train où vont les choses, il ne fait pas s’étonner si la fondation Matoub venait à annoncer la célébration de l’anniversaire de la naissance de Malika Matoub puisque contre toute étique, la fondation Matoub ou plus exactement Malika Matoub, qui se cache derrière cette structure, a décidé d’attribuer un prix de la fondation à… Aldjia Matoub qui en est théoriquement la présidente d’honneur. C’est du jamais vu : une organisation qui « s’auto-prime ». Mais, rien n’étonne désormais et, pour plaire à un pouvoir qui tire un semblant de légitimité des reniements et des trahisons perpétrées par les kabyles de service, entre autres, tout est permis.

Le vingtième anniversaire de la création de la fondation Matoub a eu lieu vendredi dernier à la maison de la culture et a été organisé sous l’égide de l’Office National des Droits d’Auteur et la direction de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou. Il ne faut pas s’étonner, au train où vont les choses, de trouver parmi les organisateurs d’un événement organisé par la Fondation Matoub, la « kasma » du Front des Libération Nationale (FLN) d’Ait Mahmoud ou la « Mouhafadha » de Tizi Ouzou ou encore la zaouia de Sidi Mansour.

Tahar Khellaf

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici