Le procès des assassins de l’entrepreneur Slimana reporté

1

[Les faits pour rappel->http://www.tamurt.info/imekhlef-hidouche-slimana-enterre,739.html] remontent à cette tragique et sinistre soirée du 14 novembre 2010, quand la victime, Hand Slimana, entrepreneur des travaux publics, âgé de 48 et père de 5 enfants, qui était à bord de son véhicule en compagnie de son cousin Omar, est tombé dans une sourcière. Elle lui avait été tendue au lieu dit Boulahlou, dans la commune d’Aghribs, alors qu’il se rendait chez lui au Imekhlaf dans la commune de Fréha, en venant de la ville d’Azazga.

L’un des trois malfaiteurs qui avaient établis le faux barrage en question, un certain Sofiane, âgé de 23 ans, a « arrosé le véhicule de la victime qui avait tenté de fuir, avec sa kalachnikov. Laissé pour mort, Hand Slimana succombera à ses blessures quelques jours plus tard, tandis que son cousin était retenu en otage dans une demeure située à Mekla et appartenant à un certain B. Mohand.

Une rançon de 15 milliards de centimes avait été demandée contre la libération de l’otage. Les 13 malfaiteurs ( tous originaires de Tizi-Ouzou ndlr) qui compose ce groupe qui a des ramifications à travers plusieurs wilayas du sud d’où ils se procuraient des armes sont poursuivis pour huit chefs d’inculpation, dont
– « homicide volontaire avec préméditation »,
– « constitution de groupe de malfaiteurs »,
– « enlèvement en vue d’exiger une rançon,
– « commercialisation d’armes à feu et munitions de guerre »,
– « vol qualifié avec utilisation d’armes à feu »,
– « port d’armes de guerre sans autorisation et blanchiment d’argent en provenance du terrorisme », etc. ils ont à leur actif 19 affaires criminelles dont trois enlèvements.

Il faut rappeler à ce propos que 70 kidnappings ont été enregistrés au niveau de la wilaya de Tizi-Ouzou depuis l’apparition du phénomène en 2005. La région de Maâtkas, à elle seule, détient la palme dans ce sinistre décompte avec neuf enlèvements.

Lounès O.