Le régime maintient l’élection présidentielle malgré le rejet du peuple

3
Algérie, une élection présidentielle à risque
Algérie, une élection présidentielle à risque

ALGERIE (TAMURT) – Aucune condition ne permet de tenir une élection présidentielle le 12 décembre prochain. Le rejet exprimé par le peuple algérien, et à travers toute l’Algérie, est total et inédit. Les cinq candidats en lice sont chassés partout. Là ou ils se rendent, ils provoquent des manifestations et des arrestations. Les citoyens s’opposent corps et âme à cette élection.

Ceux qui ont opté pour les salles n’arrivent même pas à réunir une vingtaine de personnes. Plusieurs défections de directeurs de campagne, au niveau local ou national, sont enregistrées. Les candidats sont restés seuls. Même leurs amis et proches les évitent. Impossible de tenir une élection dans une situation pareille. Malgré tout, le régime maintient ce rendez-vous électoral.

En Kabylie, pour le moment, aucun candidat ne s’y est rendu. Aucune affiche n’y est visible. Le rejet des élections en Kabylie, surtout présidentielles, est une veille tradition. Tout le monde se demande comment les décideurs veulent imposer l’élection pour le 12 décembre prochain. Une élection qui a été reportée, pour rappel, à deux reprise, cette année. Prévue initialement pour le 18 avril dernier, l’élection a été reportée après que Bouteflika ait été poussé à la porte. Programmée, par la suite, pour le 4 juillet dernier, les manifestants ont exigé son annulation et demande le départ du régime.

Les militaires sont alors contraint de les programmer pour ce 12 décembre, mais elle risque de ne pas avoir lieu. Ça sera un échec pour les décideurs et le pays sera plongé une nouvelle fois dans l’inconnu. Les Algériens veulent un changement réel du régime.

Nadir S

3 COMMENTAIRES

  1. Hi alors? Qui oblige ces gens d’aller voter???????…..
    Que personne ne dépose un seul satané butin point barre!.

  2. Le régime maintient l’élection présidentielle justement pour permettre le maintien du régime en place depuis 1962. Comme ça ils ne céderont pas leurs privilèges, et surtout ils n’auront pas à rendre de compte concernant leurs médiocres prestations de dirigeants incapables et incompétents qui ont conduit à la ruine et à la faillite de ce pays, ni les fuites et transferts collosaux de capitaux qu’ils ont détournées sur des comptes privés à l’étranger. « Est pris la main dans le sac celui qui croyait prendre ».

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici