Le régime veut détruire le tissu associatif en Kabylie

0

KABYLIE (Tamurt) – Les autorités coloniales veulent en finir avec le mouvement associatif en Kabylie. Alors que les activités culturelles reviennent en force ces dernières années, grâce à l’abnégation des jeunes activistes épris du savoir, le régime en place fait tout pour étouffer cette dynamique. Après avoir réussi a annuler le festival de la chanson Amazighe à Vgayet, le commissaire de police de Tigzirt, ville touristique au nord de Tizi Wezzu, a tenté d’annuler un gala de Muhand Allaoua.

Heureusement que le maire de cette commune a refusé et maintenu le spectacle. A la ville de Tizi Wezzu, le mois passé, le chanteur Brahim Teyab a été empêché par des voyous d’animer un gala. Le mois de ramadhan dernier, des habitants d’un quartier de la ville de Tizi Wezzu ont été manipulés pour empêcher des soirées artistiques. On ne peut comprendre par toutes ces entraves, que les autorités ont un plan pour étouffer le mouvement associatif en Kabylie.

En parallèle, les associations religieuses continuent de bénéficier de subventions et d’aides pour s’implanter en Kabylie. “Une association religieuse pour chaque village”, est l’objectif du régime raciste d’Alger pour abrutir la Kabylie. Une source de la direction des affaires religieuses de Tizi Wezzu nous révèle qu’un nombre important de jeune imams sera recruté prochainement à Tizi Wezzu.

Ravah Amokrane