Le réveil tardif des Algériens

1
Manifestation à Alger
Manifestation à Alger

ALGERIE (TAMURT) – Le peuple algérien semble instaurer un état d’urgence contre les décideurs. Aucun ministre, wali ou autres décideurs ne peux effectuer une sortie publique. Ils sont hués et chassés, partout. Les décideurs algériens font face à la furie populaire.

Même à l’étranger, ils n’échappent pas à la « sanction populaire ». Tliba, Zoukh, Habib Chawki, Soltani, pour ne citer que ceux là, sont insultés, hués et parfois même lynchés par la foule. Les Algériens, même si une bonne partie d’entres eux a cautionné le régime, accusent leurs décideurs de corruption et de dilapidation  de richesses naturelles. Le réveil des Algériens est salutaire, mais il est tardif. Trop tardif même. La corruption, les liquidations physiques, le mépris…, ne date pas d’aujourd’hui. C’est depuis 1962 à ce jour que le régime en place a tout ôté aux Algériens.

Les décideurs ont privé les Algériens de leur richesse naturelle, de leurs droits, de leurs langues et cultures et leur dignité. Certes, le soulèvement populaire du 22 février dernier était une manipulation d’un clan du régime, mais il a pris une autre tournure. Les décideurs algériens n’arrivent pas à contrôler la situation. Reste seulement à savoir si les Algériens resteront mobilisés.

Nadir S.