Le salon du patrimoine a démarré à Tizi Ouzou

0

KABYLIE (Tamurt) – C’est dans une ambiance de fête qu’a été donné le coup de starter de la troisième édition du salon national du patrimoine immatériel à la maison de la culture Mouloud-Mammeri de Tizi ouzou, hier matin. Plusieurs wilayas sont représentées à ce salon dont Tizi Ouzou bien sûr, Alger, Oran, Constantine, Bgayet.

En plus des exposants du secteur privé, la salon a vu la participation de nombreuses institutions publiques dont des institutions muséales, dont le Musée Ahmed Zabana d’Oran, le Musée des arts et expressions culturelles traditionnelles de Constantine, celui des arts traditionnels et populaires d’Alger ainsi que la Bibliothèque nationale, l’Opéra d’Alger et de maisons d’édition de livres en plus du Centre national des recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques. Ce salon sera une occasion pour rendre hommage à de nombreuses chanteuses kabyles mais aussi pour l’animation de conférences, d’ateliers, et de démonstrations sur tout ce qui a trait au thème de l’événement. « Notre patrimoine immatériel est en grande partie constitué de l’oralité qui s’exprime par des formes artistiques et symboliques, qui sont vivantes et perpétuelles sous forme d’un renouveau permanent dont la femme a le grand mérite dans, sa sauvegarde, sa transmission et sa perpétuation », a rappelé la directrice de la culture de Tizi Ouzou lors de l’inauguration du salon.

La même responsable a indiqué qur cette troisième édition du Salon du patrimoine culturel immatériel qui se tient à Tizi-Ouzou du 24 au 26 septembre, rend hommage à la femme pour son rôle dans la préservation du patrimoine. Cette édition est placée sous le thème «La femme garante de la transmission du patrimoine culturel immatériel». Cette manifestation, précisent les organisateurs, est l’occasion de rappeler le rôle de la femme dans la transmission du patrimoine immatériel à travers, notamment, des conférences, des expositions illustratives en images autour de la femme algérienne, une exposition sur la poterie, l’habit traditionnel, l’art culinaire et autres métiers exclusivement féminins. Un hommage particulier sera rendu à la troupe «Urar l’Khalath» de la Chaîne II de la Radio Nationale, un groupe de femmes qui a perpétué et vulgarisé la chanson populaire féminine d’expression amazighe.

Tarik Haddouche