L’émir Abdelkader qualifiait les kabyles de traîtres

48
émir AEK

ALGÉRIE (Tamurt) – On ne peut jamais falsifier l’histoire. La vérité finit toujours par jaillir et se libérer des ténèbres de la manipulation et de la haine. Si le régime Algérien veut faire de l’Emir Abdelkader un héros national, ce dernier n’est qu’un renégat et un raciste qui n’a jamais caché sa haine envers les kabyles.

Selon le célèbre historien, Charles Andre Julie, connu pour sa crédibilité et sa neutralité dans ses travaux de recherche sur l’histoire, Abdelkader  traitait les kabyles de traîtres. « L’Emir Abdelkader, après 15 ans de combat contre le colonialisme français dut se rendre et devient un grand ami de la France. Le 7 avril 1871, toute la Kabylie avait été soulevée par Mokrani contre l’armée coloniale française. Quand il apprit les débuts de l’insurrection, Abdelkader, devenu apparemment le nouveau « porte parole » du gouvernement français, déclara « Je dénonce cette insurrection contre la justice, contre la volonte de Dieu et la mienne. Nous prions le tout puissant de punir les traitres et de confondre les ennemis de la France  » peut-on lire  en page 209 du livre de Charles Andre Julien, intitulé  « Histoire de L »Algerie contemporaine. 1827-1871 » édité à Paris en 1979.

Julien ajoute que « les appels de l’emir a la Kabylie de déposer les armes, n’eurent aucun effet sur les combattants ».  La photo que nous publions montre effectivement l’Emir avec ses mentors Français dans les châteaux Parisiens.

Lounès B