Les anti-Kabyles veulent réhabiliter le traitre Mohand Cherif Sahli à Bougie

28

BOUGIE (Tamurt) – Un hommage plus que «suspect» sera rendu, les 15 et 16 Mai prochain à Sidi Aich dans le département de Bougie à Mohand Cherif Sahli. L’initiateur des attaques les plus nauséabondes contre le grand monument kabyle Mouloud Mammeri, après la sortie de son très célèbre roman « La Colline Oubliée » en 1952. Cet hommage sera donc rendu les jours prochains dans cette région réputée rebelle à tout ce qui a rapport à l’arabo-baâthisme. Une idéologie qui est l’essence même de ce pseudo intellectuel qu’est Sahli et c’est probablement à cet effet que Sidi Aich a été choisi: jeter le trouble et la confusion dans les esprits des kabyles.

La nature de l’organisation de ce « colloque » n’est pas donnée sur les affiches qu’on colle ça et là, mais les noms des personnes programmées pour donner des conférences à l’occasion de ces deux journées laissent paraître une mauvaise intention diabolique des organisateurs, à l’image de Mohand Cherif Sahli à qui ils vont rendre hommage.

Ainsi donc, une pléiade de mal-intentionnés prendra part à ces deux journées pour essayer vainement de redorer le blason de ce chauvin de l’arabo-islamisme, et symbole par excellence de la traîtrise envers le peuple et la culture kabyle.

Entre autres conférenciers, figure notamment Cheikh Bouamrane, Président du haut conseil islamique et aussi, une grande meute d’Oulemas et autres imams, des enseignants universitaires venus de Tlemcen, d’Oran, de sidi Belabbès, triés sur le volet pour vendre l’image, qui ne trouvera jamais preneur au Pays kabyle, de ce pseudo intellectuel, meneur de l’ordurière campagne contre Mouloud Mammeri à l’occasion de la sortie de son célèbre roman.

Les dates choisies pour rameuter les tenants de l’arabo-islamisme à Bougie, pour réhabiliter ce pseudo intellectuel, ennemi juré de la pensée kabyle ne sont pas fortuites, ni le fruit du hasard. En effet, le mois de Mai et plus précisément le 19 mai correspond au printemps de Bougie qui s’est déroulé en 1981 et qui apris le relais du printemps amazigh de 1980 qui a été déclenché une année avant à Tizi-ouzou, à la suite de l’interdiction de la fameuse conférence de Mouloud Mammeri justement. D’ailleurs, le conseil régional du MAK a Bougie prépare justement une marche pour le 19 mai afin de commémorer ces événements pour garder vivante la mémoire des kabyles et rendre hommage aux jeunes kabyles de Bougie qui en 1981 ont repris le flambeau de « Tafsut imazighen » au prix du sacrifice de bon nombre de sa jeunesse dont une partie mineure avait même passé le bac en prison.

D’autre part, le dernier livre de l’intellectuel kabyle Hend Sadi intitulé «Mouloud Mammeri ou la Colline emblématique» retrace la campagne de calomnie à laquelle a fait face Dda Lmulud Nath Maɛmer face à cette meute enragée contre lui. Son seul tord était d’avoir écris un roman qui a eu les éloges des écrivains les plus illustres de son époque mais qui avait le tord de parler de la société kabyle et non de la société arabe, tel que le voulait les baathistes, comme ce traître kabyle de Mohand Cherif Sahli . A la même période, le KDS Sahli, qui est d’une médiocrité sans limite ne trouvait pas même un éditeur pour ses navets. Ce qui dérange les détracteurs de Mammeri, c’est l’âme purement kabyle qu’il véhicule dans son roman.

Et comble de l’hypocrisie, ce colloque a le culot de parler de décolonisation et du message de Jugurtha!

Amenay A

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici