Les assassins de la Kabylie, leurs suppôts politiques et la cour pénale internationale

11

La Cour Pénale Internationale (CPI) basée à Den Haag – La Haye (Pays-Bas) a jugé recevable la plainte introduite par le MAK, pour crimes contre l’humanité perpétrés par le pouvoir algérien lors du Printemps noir de Kabylie

Il s’agit là de l’aboutissement d’un long processus, longtemps contrarié par les autorités algériennes par des manœuvres dilatoires et des intimidations contre les parents des victimes décédées et les blessés pour les empêcher de témoigner.

De son côté, la détermination du MAK a fini par payer et d’ores et déjà, un collectif de 10 avocats de différentes nationalités s’est constitué après avoir minutieusement compulsé le dossier sous toutes les coutures.

Pendant ce temps, le pouvoir algérien, plus soucieux de sa propre sauvegarde, soutient Khadafi et les autres dictateurs arabes qui massacrent leurs populations et se détourne de ce qui se passe aux quatre coins du pays.

Un pays entier se décompose à vue d’œil…

Ainsi, sous le titre “ Témacine (Ouargla) : les Tidjanis manifestent ”, le quotidien El Watan rapporte dans son édition du vendredi 15 avril 2011 que : “ la plateforme de revendications de 13 points comporte un premier point dit non négociable : le voile ne doit pas être enlevé pour les photos des papiers d’identité biométrique et les oreilles des femmes de Témacine n’apparaitront pas ”. L’outrance d’une régression assumée par ces gourous qui prennent en otage des populations entières est le résultat direct du formidable adoubement de Bouteflika des zaouias et autres confréries qui bénéficient de soutien politique et de budgets sans limite.

Dans une commune kabyle, le ministre des Habous a été reçu par le maire local, un député et un sénateur pour l’approbation de la construction d’une grande mosquée dans une nouvelle-ville qui n’existe pas encore. Le seul souci des élus est ”de faire respecter une architecture en harmonie avec les us, coutumes et référents historiques de la région ”. Mais après tout, pourquoi pas si c’est la priorité des villageois de la contrée ?

À l’approche de la célébration du 31ème anniversaire du Printemps kabyle et le 11ème du Printemps noir, la presse gouvernementale et ses substituts qui se disent indépendants mettent l’accent sur le premier en occultant délibérément l’autre. Les personnels politiques de l’arrière-cour du régime ne sont pas en reste.

La Présidente du PT est venue à Tizi-Ouzou pour un rattrapage patriotique. Lors de sa conférence-débat (où il n’y avait pas de débat) du jeudi 14 avril 2011, elle s’attaque une nouvelle fois au militants et sympathisants de MAK, sans le citer, qu’elle qualifie d’aventuriers et de séparatistes. Mais concomitamment, elle propose une offre qu’elle veut généreuse et révolutionnaire, en plaidant pour la création d’un secrétariat d’état pour tamaziγt dont l’enseignement serait obligatoire dans toute l’Algérie.

La Kabylie connait par cœur les paroles et musiques de Mme Louisa Hanoune et consorts à l’approche d’élections synonymes de prébendes. Pour aguicher davantage les Kabyles, elle déclare qu’il n’y a pas de nation arabe, ce qu’ils (les Kabyles) n’ont eu de cesse à répéter depuis 1962. Mais à contrario, elle n’ose pas encore évoquer le peuple kabyle qui, lui, est une réalité qui a précédé l’Algérie elle-même.

Mais qu’a-t-elle dit ou fait lorsque des mères kabyles se défiguraient de douleur devant les cadavres de leurs enfants déchiquetés par les balles explosives de gendarmes algériens ? – Rien !

Pour ces mères et pour chaque Kabyle, son silence valait un soutien explicite aux tueurs en même temps qu’un mépris à leur douleur. Politiquement, sa posture de toujours est une caution à la colonisation arabo-islamique de la Kabylie.

Le 16 avril, le pouvoir algérien a inauguré l’opération “Tlemcen, capitale de la culture islamique”. Il s’agit de ces opérations de prestige propres aux oligarques qui disposent à leur guise des ressources financières publiques. C’est aussi l’occasion de se partager un pactole entre membres du clan dans des opérations de flibuste collatérale.

Symboliquement, on continue de célébrer cette date dite ”Youm el Ilm ou Journée du Savoir ” en hommage à Ben Badis, chef de file des Ulémas. Mais c’est aussi la date de la promulgation de l’Ordonnance 76-35 de 1976 qui stipule en son 2ème article : Le système éducatif a pour mission de former des arabo-islamistes à conscience socialiste.

En fin de compte et l’un dans l’autre, cette opération ne peut pas concerner la Kabylie où a cours, depuis des siècles et des siècles, une profession de foi paisible qui n’agresse ni ne contraint aucune croyance religieuse.

Sur le terrain, le programme d’actions de proximité entamé par le MAK depuis maintenant 2 mois sans discontinuité est un franc et massif succès populaire. Quand on voit un septuagénaire écouter assidûment les allocutions des intervenants comme à At Wasif puis venir saluer sentencieusement le doyen et Président de notre Mouvement en lui disant : que Dieu vous garde et vous prête longue vie, la victoire prochaine de notre peuple est une certitude.

Kabylie, le 17 avril 2011

Azru