Les candidats algériens évitent la Kabylie

5
Candidats aux élections présidentielles algériennes du 12 décembre 2019
Candidats aux élections présidentielles algériennes du 12 décembre 2019

KABYLIE (TAMURT) – Même si le mouvement touche beaucoup de régions d’Algérie, la Kabylie se distingue encore une fois par la radicalité de son rejet du régime raciste d’Alger. Pour le moment, aucun candidat des cinq à la présidence prévue le 12 décembre prochain, ne s’est rendu en Kabylie et aucun Kabyle ne figure parmi eux.

Ils n’ont même pas réussi à trouver des partisans en Kabylie ni à coller le moindre poster ou photo. Les candidats algériens évitent la Kabylie. Ils savent qu’ils ne sont pas les bienvenus, dans cette région. D’ailleurs, même durant la période normale, lors des précédentes élections, la Kabylie a toujours tourné son dos aux joutes électorales que le régime a toujours imposé aux Kabyles. Personne ne votera en Kabylie. Les maires s’opposent fermement à cette élection et refusent de la préparer. Mais on sait bien que le régime va obliger les militaires, les gendarmes et les policiers à voter. Ainsi, il exhibera un petit pourcentage de participation en Kabylie. Sinon, l’opération zéro vote réussira largement en Kabylie. Si les militaires n’imposaient pas par la force des élections en Kabylie, le régime algérien ne serait même pas représenté dans cette région qui vomit le pouvoir depuis 1963.

Les candidats du régime savent qu’ils n’ont aucune voix à gratter en Kabylie et se rendre dans ce pays ne rajoutera que l’humiliation à l’humiliation. Un comité de soutien à Teboune a été déjoué hier après midi à Tizi Ouzou. Selon nos sources, se sont des policiers en civil instruits par leurs supérieurs qui sont derrière la création de ce comité.

Nadir S.

5 COMMENTAIRES

  1. C’est faux. Le premier déplacement de Tebboune était prévu à Tizi-Ouzou, mais comme les autres candidats ailleurs, comme Ouyahia à Tlemcen, ils ont été virés. Quant au système arabo islamist ci-dessus dénoncé à juste titre, ce ne sont pas les kabyles qui y manquaient Kasdi Merbah de sinistre mémoire, Ouyahia, Haddad, Rebrab, et je laisse de côté, tous les ministres ou généraux kabyles, de Boumedienne à Gaid Salah, qui en ont fait partie. Pour finir nul n’a le monopole de la bérbérité ni celui de la probité.

  2. C’est un signe pour ne pas dire un bon indice de lacher prise du pouvoir pour la dépendance de la Kabylie.

  3. Quoi de plus normal puisque cette région d’Algérie refuse de prendre part à l’élection présidentielle du 12 12. Pourquoi perdraient ils alors leur temps là bas.

  4. C´est une farce cette pseudo élection tout comme été le cas avant et le pays Kabyle est au croisé des chemins, soit aller vers l´indépendance ou resté coincé dans ce trou noir qui s´appel eldjazair

  5. Les candidats autoproclamés sont tous issus du même système arabo-islamiste, militaro-mafieux, incompétent, menteur, voleur et corrompu. Ils ont toujours mené une politique hostile à l’égard des kabyles afin de les soumettre et de les écraser comme des moins que rien. Ils sont les héritiers directs de la bande de salopards, d’usurpateurs et d’imposteurs pseudo arabes qui sévit depuis 1962, et qui s’est créée sur de faux postulats et un vrai mensonge d’état : l’islamité et l’arabité des kabyles. C’est la continuité de la dictature panarabiste et islamo-fasciste de l’algérie voulue et totalement assumée. Le pillage organisé, programmé et planifié des ressources naturelles jusqu’à épuisement, sans aucune contrepartie, sans schéma directeur d’investissement, ni de développement, sans même la moindre vision de l’avenir, sans chercher à diversifier et à pérenniser l’économie. Les charognards ont tout volé, ils ont presque tout pillé, il n’y a pas d’avenir. Le torchon brûle entre la kabylie et l’algérie, le divorce est consommé.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici