Les députés du FFS et du RCD continuent de siéger dans l’APN de Gaid Salah

4
FFS et RCD à l'APN
FFS et RCD à l'APN

ALGERIE (TAMURT) – Les positions que prônent les deux partis politiques à dominance kabyle que sont le FFS et le RCD, sont pleines de contradictions. Nous sommes vraiment loin de l’époque où le RCD et surtout le FFS brillaient par la constance de leurs prises de position.

En effet, cinq mois après les événements qu’on qualifie de révolution ou plutôt de hirak en Algérie, les députés de ces deux partis politiques (le Front des Forces Socialistes et le Rassemblement pour la Culture et la Démocratie) qui siègent à l’Assemblée populaire Nationale (APN) n’ont pas jugé utile de démissionner afin d’être en phase avec le discours d’apparence anti-pouvoir que prônent les responsables de ces formations politiques et les parlementaires eux-mêmes. Pis encore, lors de l’élection du nouveau président de l’APN (un islamiste et de surcroit non issu de la majorité), les députés du FFS et ceux du RCD ont été complice de cette mise en scène. Comment ? En boycottant la séance de vote. Ce qui a permis de valider l’option du vote à main levée au lieu du vote à bulletin secret.

Ainsi au d’assumer leurs responsabilités, les députés du FFS et du RCD ne se sont même pas rendus au siège de l’APN et de ce fait, ils ont tracé la voie à cette ultime machination d’un pouvoir machiavélique qui ne cesse d’ourdir des plans pour se maintenir. Aussi, les députés du FFS et du RCD n’ont pas jugé utile de démissionner malgré l’unanimité requise concernant l’illégitimité totale de l’APN où ils semblent siéger fièrement. Les députés du FFS et du RCD continuent de percevoir chaque mois 40 millions de centimes au moment où le salaire national minimum garanti (Smig) n’est que de 18 000 dinars. Ces députés font mine de soutenir les détenus ayant brandi le drapeau amazigh. Or, la meilleure façon de soutenir les victimes du pouvoir algérien, c’est de discréditer ce dernier.

Et c’est en démissionnant que cela pourrait se faire. Mais les 40 millions par mois et les autres privilèges inhérents au poste de député valent beaucoup plus que les principes. C’est le message que semblent nous transmettre, sans le vouloir, peut-être même sans le savoir, ces députés du régime de Gaid Salah.

Tarik Haddouche

4 COMMENTAIRES

  1. L’ unique certitude est qu’ils ont discrédité toute initiative de  » l’ opposition « , en dehors du fief kabyle ils sont même pas considérés. C’ est pour ça qu’ils vont s’ offrir au régime comme médiateur/contrôleur de la kabylie.

  2. Vous parlez d’une opposition!?. Mais, elles sont des oppositions, LES PLUS BÊTES DU MONDE!. Et elles se posent à qui, je vous prie?????…… Elles ont été fabriquées pour être un leurre!..
    Les bédouins, ont passé l’art et la manière d’organiser des pseudos partis, pour servir de misérables vitrines démocratiques aux occidentaux, point final. Maintenant, la question qui se pose, pourquoi, ces personnes dites d’opposition, jouent-elles des figurants????….

  3. Des fonctionnaires chez le fln majoritaire depuis 20 années aprés le rnd et les islamistes, Gaid saleh un vieux du fln tout comme ben saleh et el moudjhahed bouteflika c´est le président d´honneur. Le régime RADP utilise le mot moudjahid (un mot arabe qui désigne une profession terroriste) pour caché leur passé terroriste!

  4. Le coeur a gauche avec la révolte populaire et le portefeuille avec la droite gouvernementale qui paye le clientélisme .C’est le propre du politicard qui ménage la chèvre et le choux. Le cul entre deux chaises , une spécialités Algéro algérienne .

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici