Les députés kabyles contre la dissolution du parlement algérien

0
les députés kabyles l'Apn algérienne
les députés kabyles l'Apn algérienne

ALGER (Tamurt) – la probable dissolution du parlement algérien, fruit de luttes claniques au sommet du régime ou bien juste une mise en scène, a fait quand même couler des sueurs froides aux députés kabyles, une trentaine environs. Ils craignent de perdre leurs énormes privilèges, eux qui ont piétiné leur »honneur ». D’ailleurs, aucun des députés ne s’est exprimé sur cette option. Leur silence est facile à décortiquer: ils sont contre la dissolution du parlement pour ne pas perdre leur salaire de 40 millions de centiles par mois.

Les députés kabyles, si l’APN est dissoute, vont voir leur mandat écourté de moins de deux ans. Même s’ils ont perdu toute crédibilité en Kabylie, certains, comme Nourdine Aït Hamouda, Lilla Hadj Arabe, Athmane Mazzouz, Chaffaa Bouiche, ont déjà cumulé deux mandats voir trois. Les grands perdants sont ceux qui ont brigué pour la première fois un mandat parlementaire. Ils y sont parvenus, après d’affres luttes claniques au sein de leur parti  et le sacrifice de dizaines années de militantismes.  Ils sont hyper angoisés à l’idée de voir leur mandat interrompu.

Ils seront à jamais perçus comme des renégats en Kabylie et dans leur région. C’est le sort souvent réservé à ceux qui trahissent leur pays et leurs frères. Les vrais militants kabyles préférent garder leur dignité pour l’éternité.

Ravah Amokrane