Les Dieux grecs seraient des amazighs selon l’historien Tahar Kasmi

27

CULTURE (Tamurt) – Sollicité par l’assistance, le conférencier, après avoir relaté l’historique du mouvement national qui aurait été créé par l’émigration kabyle vers les années 1916, développera l’autre thème relatif à l’histoire des berbères. Celle-ci remonte à 7400 ans avant Jésus Christ, à l’ère de la glaciation et les amazighs doivent leur nom à leur père Azigh, dira le conférencier.

Le Dieu grec Zeus s’appellerait en berbère Sousse et le frère d’Athèna-Tinhinane, Hercule fut le roi de Tanger. Pêle-mêle, il parlera des almoravides qui seraient en réalité les touaregs et de Bouyawawa (le père d’igawawen et du roi Chechnak) qui aurait colonisé la Palestine avec son armée d’Iflissen (les gens de la mer).

Concernant l’histoire du mouvement national, l’orateur s’attardera sur les différents conflits qui l’ont miné notamment la crise berbériste, l’assassinat des principales têtes pensantes de ce mouvement et la mise à l’écart à l’indépendance des guerriers libérateurs. Pour le conférencier, il y aurait eu 360.000 morts au champ de combat plutôt que le million et demi avancé par le pouvoir algérien. Cadre de la Sonatrach en retraite, le conférencier dira être sur un projet d’écriture de quatre essais sur l’histoire de l’Afrique du nord antique à ce jour, un recueil de chants patriotiques, une rétrospective sur le demi siècle d’indépendance pour rien et un roman. Pour ce dernier, les algériens sont entrain de dilapider leurs richesses sans produire quoi que ce soit.

Amaynut