Les Kabyles et le débat sur l’identité

0

L’histoire nous apprend que dans le passé un colonialisme pouvait en cacher un autre, on constate qu’aujourd’hui en France une origine ou une culture peut en cacher aussi une autre.

C’est en faisant une analyse des retombées de ce débat sur l’identité que nous nous sommes rendu compte des rapports inégaux et discriminatoires qu’entretient la république avec les différentes cultures qui l’ont enrichie.

Le président Sarkozy et tous les Français issus de l’immigration européenne n’ont jamais souffert de la confusion ou de l’amalgame de leurs origines avec d’autres.

Dès l’ouverture de ce débat , le président du groupe parlementaire UMP, M. Copé, soucieux du bien-être des jeunes issus de l’immigration nord-africaine et dans le but de faciliter leur intégration, s’était proposé à leur dispenser l’enseignement langue Arabe seulement parmi toutes les langues que comptent l’Afrique du Nord, comme si on pouvait proposé exclusivement le russe à tous les jeunes Français originaires des pays de l’Europe de l’Est.

On ne peut savoir s’il avait agi sciemment ou ce n’est qu’une méconnaissance de l’existence de nombreux Franco-Kabyles désireux d’apprendre eux aussi leur langue d’origine.

En effet, les Kabyles sont souvent et injustement confondus et assimilés par la république à des origines ethniques ou entités religieuses qui ne les concernent pas.

Si l’identité kabyle subit une éradication chez elle dans une indifférence et un silence total, c’est avec une grande tristesse et amertume que l’on constate que cette besogne se prolonge ici en France en noyant cette culture dans d’autres où elle ne peut être dissoute.

Les Kabyles, sont issus de la grande famille Amazighe (Berbère), ils forment un peuple pacifique et généreux, qui aspire à son autonomie, à prendre son destin entre ses mains pour retrouver sa dignité et participer au développement du progrès humain, en rejoignant la civilisation universelle

Nous pensons qu’il n’y a pas de sous-culture ou de civilisations dominantes supérieures à une autre, et les Franco-Kabyle ont apporté leur modeste contribution dans la défense des valeurs républicaines et de la laïcité dans ce pays.

L’identité Française ne peut se renforcer que par la reconnaissance par la république des cultures et civilisations qui l’enrichissent et non pas, par la négation et le rejet de certaines jugées minoritaires.

La création d’un institut du monde amazigh en serait à juste titre un signe de reconnaissance par la république de l’apport des Berbères pour la France et une aide précieuse à cette civilisation plusieurs fois millénaire.

Kader Dahdah
20 janvier 2010