Les lycéens algériens refusent de passer le bac pendant le ramadan

2
lycéens algériens
lycéens algériens

ALGÉRIE (Tamurt) – Sondés par le ministère de l’Education nationale, la majorité des lycéens algériens ont affiché clairement leur opposition de passer l’épreuve du baccalauréat de l’année scolaire 2017/2018 pendant le mois de ramadan, un mois durant lequel ils seront obligés de s’abstenir de manger et de boire pendant plus de dix-huit heures. Ce refus est incontestablement motivé par le fait que les élèves ont été échaudés par l’expérience de l’année passée.

Les élèves de terminale avaient été contraint de subir l’examen du baccalauréat à jeun et sous une température qui a souvent dépassé les quarante degrés. Malgré de telles conditions infernales, il s’en est trouvé des médecins et des muftis algériens qui ont décrété « La yadjouz » de rompre le jeun pour une grande nécessité, celle de passer un examen aussi important que le baccalauréat. Il s’en est même trouvé des enseignants qui ont surveillé le bac l’année dernière et qui ont osé interdire aux élèves de boire de l’eau en pleine canicule et en plein examen du bac.

Pour cette année donc, il a été évident que la réponse des élèves pour un bac en plein mois de ramadan allait être un non catégorique. Même les enseignants et les parents d’élèves consultés sur cette question ont abondé dans le même sens que les élèves. Ce qui démontre qu’en 2017, les élèves qui ont eu à passer cet examen en plein mois de carême l’avaient fait sous la contrainte et parce qu’ils n’avaient pas le choix. Cette fois-ci que la parole leur a été donnée, ils ont presque tous dit non à un baccalauréat avec le ventre creux. Au lieu donc du 3 juin, la date du premier jour du baccalauréat aura lieu le 19 juin.

Tarik Haddouche