Les militaires perturbent les élections à Bougie

5

BOUGIE (Tamurt) – À Aghbalou aussi, il y a eu des affrontements entre les sympathisants des différentes listes postulantes à l’assemblée populaire communale. Voilà le topo de ces élections de ce 29 novembre que le régime veut faire passer pour un acte de civisme et de démocratie.

A la mi-journée, le taux de participation tournait autour de 10 % malgré que dans certains bureaux, dans la commune d’Aokas notamment, à l’instar de celui du quartier du désormais ex-président de l’APW, Hamid Ferhat, les citoyens faisaient la chaine pour aller voter. Ceci se justifie par le vote tribal que beaucoup de citoyens favorisent au détriment de l’intérêt de la commune ou de la région.
Il est utile de rappeler que les élections en Kabylie, plus particulièrement dans la wilaya de Bougie, ne drainent plus beaucoup de monde et d’ailleurs même les opportunistes comme les membres de la commission de surveillance refusent de les cautionner. Ces derniers ont marqué leur désaveu la veille du jour « J » en démissionnant collectivement.

Le wali a été appelé à la rescousse et celui-ci les a dissuadés et convaincus de continuer leur honteuse mission. Même si les élections locales intéressent beaucoup plus les citoyens que celles des législatives, le taux de participation ne dépassera certainement pas la moitié des inscrits.

L’on apprend par ailleurs qu’environ 700 militaires, ont pu voter au niveau de la commune de Beni-Ksila, dans la Daïra d’Adekkar, ce qui a créé une contestation au sein des partis politiques, qui exigeant l’annulation du vote. Même cas au niveau d’Ighil-Ali, où les citoyens ont découvert l’inscription de plusieurs militaires, dans la liste électorale. Ces manœuvres visent à faire gagner le parti du pouvoir en Kabylie, le FLN, selon les représentants des partis politiques.

Amaynut