Les militants de l’URK et les députés du RCD

16
URK
URK

CONTRIBUTION (Tamurt) – Chapeau bas aux braves militants de l’Union pour une République Kabyle (URK)! Grâce à votre action du 10 mars 2018, vous avez démontré à l’opinion publique kabyle et internationale que le régime totalitaire d’Alger n’a pas évolué d’un iota depuis le 10 mars 1980.

Ceux qui ont interdit la conférence de Da Lmulud hier, avant de le dénigrer et de le liquider, essayent de nous museler pour nous normaliser aujourd’hui. Et qui sait? Nous liquider, à notre tour, demain! Nos concitoyens Kabyles qui croient encore à un avenir dans un cadre algérien ainsi que les organisations mondiales de défense des droits de l’Homme, apprécieront les lynchages et les tortures que vous avez subis de la part des janissaires d’Alger. Vos vidéos et vos témoignages constitueront des pièces à conviction pour intenter des actions devant la Cour pénale internationale (CPI) contre les tortionnaires d’Alger.

Grâce à vos initiatives et réflexions, on rendra à la politique ses lettres de noblesse en Kabylie. On cessera de parler du parti d’untel et du mouvement d’untel, pour débattre démocratiquement et « contradictoirement » d’idées et de projets concrets. On éradiquera la « soupçonnite », en cessant d’accuser des militants de traîtrise et de « drsiste » dès qu’ils aient de l’ambition et des opinions qui ne cadrent pas avec la mégalomanie de certains. Nos responsables ne seront plus des Sultans et n’auront plus la latitude de nommer et de dégommer des adeptes par fax, par sms ou par émail. Ce sera aux institutions élues dans la transparence par les militants de base, qui prendront les décisions stratégiques du mouvement conformément à ses statuts et règlements.

Ne prêtez pas trop d’attention au délire verbal d’un petit groupe de souverainistes. Aḥllil, ils sont victimes du « zaïmisme ». Essayez plutôt de les aider à petites doses, par des « capsules citoyennes » afin qu’ils se débarrassent de ce virus. Soyez également indulgents envers nos « actifs ministres provisoires » qui vous ont traités de petits bambins qui arrivent à peine à se débarrasser de leur petite morve, prétextant l’influence de l’école algérienne sur votre façon de vous comporter avec un responsable politique. Ayez surtout confiance en vous, parce que contrairement à eux qui sont des « douctours » en flagornerie, tout comme le Dr Ould Abbès du FLN, vous, vous avez fait la prestigieuse école de Lwenas Matoub. C’est grâce à cette école, que votre amour pour la Kabylie n’est pas une idée mais un fait!

Ur- Ḥemlaɣ ara (I don’t like)

On peut dormir sur nos deux oreilles. Les 4 ou 5 députés choisis comme têtes des listes en Kabylie par le véritable patron du RCD, selon Nordine Ait Hamouda, se sont constitués en groupe parlementaire. Désormais, ils peuvent bloquer tout projet de loi émanant des 420 « députites » désignés par la police politique algérienne. Ce n’est pas nouveau me diriez-vous! Les députés du FFS et du RCD ont depuis des décennies servis de façade démocratique au régime mafieux d’Alger en contrepartie de 3 500 euros de salaire par mois. Toutefois, ce qui semble intrigant dans cette histoire de bataillon parlementaire de nos amis du RCD, est le nom choisi par les intéressés : Les Progressistes!

Il est bien de rappeler que ce changement de nom, voulu par l’ancien « propriétaire »  du parti, a été rejeté par les militants lors du dernier congrès. Mass Mohcine Belabas, officiellement président du RCD, a promis de débattre davantage de la question dans les structures de base. Cependant, le fait que les députés soient allés de l’avant sans avoir obtenu au préalable le feu vert des militants, confirme la gestion, oh combien démocratique du RCD! Un mode de fonctionnement dénoncé déjà par Mass Ait-Larbi Mokrane et plusieurs autres cadres du Rassemblement.

Certaines mauvaises langues diront que j’ai une dent contre le « docteur ». Pas du tout my friends ! Au contraire, je lui dois beaucoup de choses et j’admire toujours son intellect. Par honnêteté intellectuelle, je dirai même que les phrases alignées dans cet article ne sont en réalité que du copier-coller de sa vision de la politique réunie dans l’ouvrage : le RCD à cœur ouvert. C’est grâce à lui et à mes années de militance au Rassemblement que j’ai acquis cet esprit critique et que je baragouine la langue de Molière. D’ailleurs, même si je suis devenue independantiste, naïve que je suis, je propose à nos amis du RCD d’organiser un vote sur cette question de changement de nom. Ils ont des bureaux régionaux, des fichiers de militants à jour, puisqu’ils sortent d’un congrès. Il leur suffit juste de les consulter en toute transparence et d’accepter le verdict des urnes. Ainsi, nos amis du RCD auraient participé à la promotion de la démocratie en Kabylie et mériteraient, sans doute, le label des Progressistes.

Ahaw san yiwen wass, comme disait Lwenas Matoub.

Tinhinan At-Meziane