Les souverainistes kabyles agacent les autorités algeriennes

7

ALGER (Tamurt) Tout porte à croire que les activistes du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie sont fichés à la police des frontières algériennes. Bon nombre des militants, notamment ceux qui résident au Canada ou en France, ont eu depuis quelques mois des démêlés au moment ou ils rentrent ou ils quittent l’Algérie. Ils sont pour la plupart interrogés en aparté par des agents spéciaux ou des policiers.

Leurs bagages sont minutieusement fouillés. Ces pratiques qui frisent l’intimidation renseignent sur la legitimité de la  cause kabyle et prouve le desaroi d un pays qui se veut defenseur des causes justes. Des sources font état de l’inscription de certains militants du MAK sur un ficher des services de sécurité à travers les postes frontaliers des aéroports et ports. Impossible de vérifier la véracité de cette information, mais les comportements des douaniers au niveau des aéroports confirment cet état de fait. Le cas d’Ahmed Amroui, militant actif au sein du MAK qui vit en Allemagne, président de la FIDEK n’est qu’un exemple parmi d’autres. Il a été retenu par la police des frontières pendant des heures aux frontières Algéro-Tunisiennes dernièrement. Des drapeaux de la Kabylie lui ont été confisqués, comme ce fut le cas pour la plupart des militants du MAK contrôlés au niveau des aéroports.

Lounès B