Les pompiers s’alignent aux salafistes à Bougie

21

BOUGIE (Tamurt) – Alors qu’il se trouvait à la plage de Boulimat en ce vendredi très chaud, le jeune avocat, Maitre Ikken, a été menacé par un agent de la protection civile au moment où il prenait sa bouteille d’eau pour boire.

Muni d’une planche, le pompier  menacera ce dernier alors qu’il avait tout fait pour ne pas être vu par les autres baigneurs au moment où il voulait se rafraichir.  Voulant se plaindre contre l’acte de ce représentant d’une institution étatique, il sera menacé par deux autres éléments de la protection civile qui sont venus prêter main forte à leur collègue.

Ne voulant pas laisser l’affaire passer inaperçue, le jeune avocat appellera la police qui refusera de se déplacer au motif que la plage de Boulimat ne relevait pas de sa circonscription. En appelant l’autre service de sécurité, la gendarmerie en l’occurrence, la victime s’étonnera qu’on lui réponde, au téléphone, que les gendarmes attendront à ce qu’il soit massacré par ce pompier pour intervenir.

Une semaine auparavant, des policiers zélés avaient investi violemment, à Akbou, un estaminet où se trouvaient des citoyens non-jeûneurs qui consommaient leurs cafés à l’abri des uns et des autres. À Bougie, les galas en plein air sur l’esplanade de la maison de la culture ont été purement et simplement annulés suite à l’intervention des salafistes qui fréquentent la mosquée voisine d’Aamriw. Pour dénoncer la complicité du pouvoir mafieux d’Alger et ses relais de Bougie, une journée de protestation a été organisée à Aokas où les présents avaient déjeuné publiquement sans qu’ils en soient inquiétés par qui que ce soit.

Tout converge vers une confrontation entre les musulmans pratiquants et les laïcs en Kabylie et c’est à partir du pays des Kabyle que commencera le début de la fin du salafisme.

Amaynut

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici