Les salafistes veulent anéantir la culture à Bougie

21
salafistes de Bgayet
salafistes de Bgayet

BOUGIE (Tamurt) – Après avoir réussi, durant le mois de ramadhan de l’an passé, à faire modifier les horaires des soirées musicales programmées par la direction de la maison de la culture Taos Amrouche, les salafistes de Bougie ont lancé une campagne pour interdire, cette année, toute sorte  d’animation sur l’esplanade de la maison de la culture.

Ils invoquent le motif que cela gênerait, dans leur prière, les musulmans fréquentant la mosquée d’Aamriw. Cet argument ne peut tenir la route du moment que les soirées ramadhanèsques ne commencent qu’à la fin de la prière des Tarawih, c’est-à-dire aux environs de 22 h 30.

En fermant l’œil sur ces dépassements, cela inciterait ces derniers à aller jusqu’à investir cette esplanade et pourquoi pas toute la maison de la culture pour y faire la prière.

D’ailleurs, le 19 juillet de l’année dernière, pour contrecarrer la réussite des rassemblements pour la liberté de culte et de conscience dans tous les coins de Kabylie, notamment à Aokas, initiés par des collectifs de la société civile, ils s’en sont pris aux militants des libertés qui voulaient organiser un rassemblement sur l’esplanade de la maison de la culture , en les tabassant, et ont fait leur prière du Maghreb, le jour même, au niveau de la dite esplanade.

Oui, en effet, les non-jeûneurs ont fait l’objet d’agression de la part de ce groupe de salafistes qui avait décidé de s’opposer violemment au rassemblement prévu et cela a engendré des affrontements qui ont fait une dizaine de blessés.

Dommage qu’il n y ait pas eu de réaction des citoyens, pour arrêter ce genre de comportements étrangers aux coutumes des kabyles, mis à part un communiqué laconique pondu, une semaine plus tard, par quelques associations.

Amaynut