Les vendeurs de pétards boudés à Tizi-Ouzou

6

SOCIÉTÉ (Tamurt) – Les mentalités commencent à évoluer à Tizi-Ouzou. Cette année les explosions de pétards ont diminué dans cette ville et dans toute la région, comparativement à l’année dernière, à l’occasion de la fête musulmane de la naissance de prophète Mohamet.

Les habitants ont presque tourné leur dos à ce genre de pratiques puériles, lorsque par le passé les explosions de pétards perduraient toute la nuit. D’ailleurs aucun accident ni incident n’a été enregistrés en Kabylie, alors que dans d’autres régions du pays certains enfants ont perdu leurs doigts et parfois même leurs mains par les explosions de pétards.

« Faire exploser des pétards est un gaspillage d’argent tout d’abord en plus c’est une nuisance nocturne. J’ai remarqué qu’en Kabylie ce genre de produits explosifs n’ont pas vraiment intéressé la population. C’est un exemple à méditer », fera remarquer un habitant de Tizi-Ouzou. Les vendeurs de fumigènes et de pétards sont d’ailleurs boudés cette année en Kabylie.

Officiellement la vente des pétards est interdite en Algérie, mais des milliers de containers sont importés quotidiennement de Chine ! Paradoxe. Les généraux ramassent des milliards de dollars sur le dos des citoyens.

Même les fêtes religieuses ne sont plus considérées comme avant. Elles passent parfois inaperçues en Kabylie, notamment dans les villages. Les célébrations culturelles connaissent un regain d’intérêt plus important dans cette région. La façon avec laquelle a été fêtée Yennayer a été inouïe en Kabylie. Le travail des militants culturels Berbères commencent à porter ses fruits.

R.Moussaoui