Lever du drapeau Kabyle à Tizit

4
TIZIT (Tamurt)  Après le lever du drapeau effectué en hommage à Ameziane Mehenni, dans son village natal, Maraghna, les militants du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK) se sont dirigés au village de Tizit dans la commune d’Ililten pour  hisser l’emblème de la nation kabyle à la mémoire de ce martyr de  la liberté.
A l’initiative de la section locale du MAK, le village de Tizit a honoré dignement la mémoire de l’un des meilleurs enfants  de la Kabylie, Ameziane Mehenni, assassiné  à Paris dans la nuit du 18 au 19 juin 2004. Le martyr n’avait que  30 ans.
A 17h, la foule était déjà nombreuse.  La commémoration de l’assassinat d’Ameziane a commencé par une minute de son silence en sa mémoire et à la mémoire de tous les martyrs de la Kabylie.  Ce fut ensuite le tour de Bouaziz Ait Chebib , président du MAK, de prendre la parole pour rappeler le combat du défunt qui a été tué par les services algériens pour la simple raison qu’il défend sa kabylité et la liberté de son peuple.
Ensuite, le président du MAK a parlé de la situation qui prévaut en Kabylie : «  la Kabylie subit tous les fléaux : arabisation, salafisation,  appauvrissement, insécurité et destruction de son environnement ».  L’avènement d’un Etat kabyle est devenu une question de vie de mort.
En parlant de l’économie, l’orateur déclare : à la place des usines et des investissements susceptibles d’assurer le décollage économique, l’Etat algérien construit en kabylie, les brigades, les casernes et les prisons, cela dénote l’avenir  sombre que promet l’Algérie à la Kabylie.
« L’Etat algérien use de tous les moyens possible pour bloquer le développement de la Kabylie à commencer par faire fuir les investissement avec le terrorisme bureaucratique et sécuritaire ; à l’avenir, nos population doivent aider et défendre les investisseurs qui viennent s’installer dans leurs localités et ne pas les laisser seuls face aux institutions algériennes qui ne cherchent qu’à les délocaliser ailleurs.  Mobilisons nous pour permettre à nos opérateurs économiques d’investir en Kabylie et faire barrage à l’Etat algérien qui entrave leurs projets d’investissement susceptible d’absorber le chômage et préparer les conditions nécessaires pour réaliser le développement. »
Lever de drapeau à Tizit
Bouaziz Ait Chebib a conclu sa prise de parole avec une note d’optimisme : La  Kabylie qui a enfanté des hommes et des femmes de valeurs, tels que Fadma n Summer, Boulifa, Benai Ouali, Belaid Ait Medri,  bessaoud, Amzal, djaout, Said Mekbel, Djilali Said El Hadj, Karima Nait Sid, Matoub Lounes, Ameziane Mehenni … ne peut accepter le joug arabo-islamique de l’Etat colonial algérien et elle finira tôt par s’y émanciper et instaurer son propre Etat conformément au droit international ».
 
Younes Ilourmane, membre de la section de Tizit, a succédé au président du MAK en insistant sur le fait que leur initiative de hisser les couleurs nationales kabyles ne vise à déshonorer les martyrs et les anciens maquisard de 1954, bien au contraire, elle tend à réhabiliter leur honneur bafoué par l’Algérien néocoloniale.
A la fin, est arrivé le moment tant attendu, celui de hisser les couleurs nationales kabyles. Une fillette et une femme d’un certain âge, une façon de marquer à la fois la participation effective de la femme et la continuité générationnelle, ont procédé sous l’hymne nationale kabyle et des youyous de liberté au lever de l’emblème  de la Kabylie.
Et comme à l’accoutumé, les présents ont répété en chœur le serment d’allégeance au drapeau kabyle, un moment plein d’émotion et de fierté.

Lever de drapeau à Tizit
Lever de drapeau à Tizit

 

La section MAK de Tizit a rendu un hommage à Ameziane Mehenni, digne de sa grandeur.
Saïd Tissegouine