Liberté de manger pendant le Ramadhan : Des tunisiens sur les traces des kabyles

47
protestation des tunisiens

TUNISIE (Tamurt) – Les kabyles semblent avoir inspiré les tunisiens. En effet, des tunisiens ont organisé un rassemblement, ce 12 juin, dans la capitale tunisienne,  Tunis, afin d’exiger le droit d’exercer l’un des droits les plus élémentaires de l’être humain, à savoir celui de manger même pendant le mois de Ramadhan.

Ainsi, après les kabyles qui ont organisé en Kabylie plusieurs rassemblements et actions de protestation pour exiger le même droit, c’est au tour des tunisiens de faire de même. L’action de protestation qui a eu lieu en Tunisie intervient après l’arrestation de non-jeûneurs la veille. « Des dizaines de personnes ont manifesté dimanche à Tunis pour réclamer le droit de manger et de boire en public durant le ramadan, le mois de jeûne musulman, et pour protester contre l’arrestation des non-jeûneurs, une première en Tunisie », rapporte-t-on. Les initiateurs de cette action rappellent qu’aucune loi n’interdit de manger ou de boire en public pendant le ramadan en Tunisie « mais le débat sur cette question revient chaque année ».

Tout comme en Algérie, la constitution tunisienne garantit, théoriquement bien sûr, la liberté de croyance et de conscience. Mais sur le terrain la réalité est tout autre. Les non-musulmans et parfois même les musulmans, dit modérés, sont persécutés par les intégristes mais aussi par les représentants du régime à tous les niveaux, dans les deux pays voisins. Un mouvement a été créé en Tunisie appelé « Mouch bessif » (pas contre notre volonté) afin de dénoncer cette réalité amère. Et c’est ce mouvement qui a appelé à ce sit-in. Parmi les slogans brandis lors de cette manifestation, à laquelle ont pris part des jeûneurs, on peut citer : « En quoi ça te dérange si tu jeûnes et si je mange? », « Arrêtez les terroristes et laissez tranquilles les non-jeûneurs », « Non aux arrestations des non-jeûneurs ».

Tahar Khellaf