Ligue des champions africaine – JSK – Al Ahly : Le match ne s’est pas passé sans anicroche

8

KABYLIE (Tamurt) – En effet, en dépit des garanties que le diplomate égyptien a reçues des autorités algériennes quant au bon déroulement de la rencontre footballistique entre les deux équipes rivales, le match ne s’est pas déroulé sans anicroche.

Le joueur égyptien Chawki, qui a mal digéré le refus de son but, a tout bonnement agressé l’arbitre, « responsable du non équilibre du match » puisque à ce moment les Canaris avaient déjà inscrit un but. Il n’en fallait pas plus pour déclencher une échauffourée sans pareille.

Pendant plusieurs minutes, le terrain était devenu un champ de bataille. Les policiers qui avaient pour mission d’assurer la sécurité portaient des survêtements au lieu de la tenue réglementaire. Donc, personne ne pouvait deviner qu’il s’agissait du service d’ordre. Aussi, en se précipitant sur le terrain pour protéger l’arbitre, ils étaient perçus par l’équipe égyptienne comme des adversaires et antagonistes. Le même joueur qui a agressé l’arbitre a asséné un uppercut digne d’un boxeur professionnel à l’un des policiers en tenue de sport. A ce moment aussi, l’ensemble des Egyptiens qui étaient sur les bans de touche rejoignirent le terrain pour jouer du muscle. Pendant ces longs moment où le pire a été évité de justesse, on ne savait pas qui était qui. Il aura fallu l’intervention des joueurs de la JSK pour calmer leurs adversaires.

La suite du match se déroula sans incident. Après la fin du match, l’équipe d’Al-Ahly fut escortée par un imposant service d’ordre jusqu’à l’hôtel Amraoua où elle était hébergée. Notons aussi que la veille, le bus transportant l’équipe égyptienne a été pris à partie par un groupe de jeunes en colère. La pluie de pierre qui s’abattit sur le bus causa la blessure d’un passager. Le projectile fut lancé avec une force qu’il brisa la vitre du bus pour toucher ensuite la victime. L’auteur de l’agression fut interpellé par la police quelques moments plus tard. C’est aussi cette forte tension qui pesa sur les visiteurs qui a été à l’origine de l’anicroche.

En somme, le match ayant opposé le club kabyle à son rival cairote n’a pas été une fête comme l’ont prévu et déclaré auparavant les autorités algériennes aux responsables égyptiens. L’erreur réside dans le fait que Le Gouvernement Provisoire Kabyle (GPK) ne fut pas saisi pour cette mission qui relève pourtant de ses prérogatives. Un simple communiqué du GPK appelant les supporters kabyles a accueillir les égyptiens selon les règles d’hospitalité de la région aurait épargné cette violence. Le match aurait été réellement une fête pour les uns et pour les autres. Même après le match, les visiteurs venant du pays des Pharaons auraient pu découvrir les charmes de la Kabylie. Au lieu de cela, les malheureux étaient restés cloîtrés dans leurs chambres d’hôtel, la peur au ventre. Nous espérons que le gouvernement égyptien a tiré la bonne leçon de ce match et qu’à l’avenir, ce sera l’autorité du GPK qui sera saisie pour tout ce qui concerne la Kabylie.

Comments are closed.