L’instrumentalisation de la justice et des services de sécurité contre les militants de la ligue

2

COMMUNIQUE (Tamurt) – La section pénale du tribunal de M’sila, a rendu un jugement condamnant Amroune Layachi, pour délit d’atteinte au président de la république, à une amende de trois cent mille dinars et à indemniser la partie civile au montant de cinq cent mille dinars algériens.

Amroune Layachi avait partagé une vidéo, publiée par d’autres personnes, montrant des habitants de Boumerdes en colère contre le Président de la République, en raison de la non prise en charge de manière sérieuse de leur situation, après le tremblement de terre de Boumerdes et le tribunal a considéré la vidéo comme un article, alors qu’il n’y a aucun article dans le dossier rédigé par le président de la section de M’sila de la LADDH qui contient des thermes insultants à l’encontre du Président de la République.

La vidéo qui n’a jamais inquiété personne depuis sa mise en ligne en 2003, par une tierce personne, est devenue dangereuse, depuis que le condamné l’a partagée sur son blog. Une manière d’écarter Amroune Layachi, président de la section de M’sila de la ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme, depuis plus de 10 ans ; et après prescription du délit, afin de le restreindre, en raison de ses activités relatives aux droits humains.

La Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme, dénonce l’instrumentalisation de la justice et des services de sécurité par les forces occultes, contre les activistes et militants humanitaires et politiques, en raison de leurs critiques quant aux performances négatives du pouvoir public. Les faits considérés comme insultes et atteintes aux corps constitués, ne sont que les critiques fondées et réelles dénonçant les graves abus des autorités contre les citoyens.

Salah Debouz, président de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme.