L’intervention de Lyazid Abid à Berlin à l’occasion de Yennayer

10
L'intervention de Lyazid Abid à Berlin à l'occasion de Yennayer
L'intervention de Lyazid Abid à Berlin à l'occasion de Yennayer

BERLIN (Tamurt) – A l’occasion de la célébration de Yennayer 2967 que DKF célèbre chaque année en Allemagne et qui s’est déroulée cette fois-ci à Berlin dans une ambiance trés chaleureuse, Lyazid Abid à pris la parole devant une assistance nombreuse et venue de partout. Nous vous livrons son discours.

Chers compatriotes, chers amis de la Kabylie et de Tamazgha, à l’occasion de Yennayer 2967, je vous souhaite beaucoup de bonheur et une bonne santé. Que cette nouvelle année soit celle qui verra vos projets se concrétiser ! Ensemble nous pouvons en faire celle de l’émergence de l’Etat kabyle.

Pour notre pays d’accueil, l’Allemagne, nous lui souhaitons plus de prospérité et une meilleure sécurité. C’est le meilleur rempart contre la sauvagerie des islamo-terroristes qui n’ont que la terreur et la violence à proposer à l’humanité.

Comment oublier ce qui s’est passé ici à Berin, le 20 décembre dernier ? 12 innocents ont vu leurs vies fauchées par l’hydre islamiste. Ce soir, nous avons une pensée toute particulière à ces victimes. Pour ne pas les oublier, je vous propose d’observer une minute de silence à leur mémoire.

Aux familles des victimes, aux blessés, aux Berlinois et au Peuple allemand, j’exprime toute ma solidarité et celle de notre association. Nous sommes touchés au plus profond de nous par cette sauvagerie mais demeurons plus que jamais les alliés de l’Allemagne dans sa lutte contre ce fascisme vert.

L'intervention de Lyazid Abid à Berlin à l'occasion de Yennayer

Cet attentat, la veille de Noël, prouve l’esprit fascisant de ses commanditaires. Il signifie aussi le châtiment réservé aux non-musulmans si jamais ces extrémistes accédaient au pouvoir. Puissant, s’ils l’étaient, leurs ambitions seraient aux antipodes des vôtres, Madame la Chancelière. La refondation de vos relations avec les pays pourvoyeurs de terrorisme est plus qu’urgente. La suppression de votre aide au développement aux pays refusant de reprendre leurs ressortissants déboutés de leur demande d’asile, que vous venez de décréter, est un bon signe mais demeure insuffisant. C’est à la racine que l’intégrisme religieux se combat.Certains pays d’Afrique du Nord comme l’Algérie font semblant de lutter contre le terrorisme. En réalité, ils sont le terreau de l’intégrisme religieux et forment des terroristes par contingents. Demandez à votre ambassadeur de se pencher sur le contenu du programme scolaire algérien et vous serez fixer sur les intentions criminelles du pouvoir de ce pays. Pourtant les Peuples amazigh d’Algérie, débarrassés du colonialisme français, aspiraient à vivre dans une société moderne et tolérante.

C’est l’école algérienne, depuis qu’elle pratique un programme d’islamisation, qui est à l’origine de ce fléau  qui a fini par vous atteindre. Seule la Kabylie demeure un bastion de résistance à ces idées meurtrières du gouvernement algérien. Son expérience est unique au monde. Elle résiste depuis 14 siècles à l’islamisme et va finir par le vaincre. Son Peuple, laïc et démocrate, a besoin de votre compréhension et de votre aide pour continuer à enrichir le patrimoine universel de son génie. Comme vous le savez, et c’est le destin de tous les peuples qui aspirent à la vie, notre salut ne viendra que de la mise sur pied de notre propre Etat. A cet instant même, le Dr Fakhar, un leader Mozabite, animé par l’esprit de justice envers son peuple est en grève de faim depuis le 3 janvier. Cette fois-ci, il risque sérieusement de pourrir en prison. L’Etat colonial algérien lui reproche d’avoir demandé l’autonomie du Mzab.

Au Moyen Orient, un peuple ami souffre plus que d’autres. Il souffre de l’hypocrisie de la communauté internationale qui reconnait en lui la seule force capable de combattre l’Etat islamique mais lui dénie le droit à l’indépendance. La question kurde doit dépasser le stade de la mauvaise conscience de l’occident pour déboucher sur la reconnaissance du Kurdistan par le conseil de sécurité. Cela constituerait un précédent dont pourrait bénéficier la Kabylie, le Mzab, l’Azawad, le Rif et les Amazigh de Libye pour faire valoir leurs droits naturels et dissuaderait les puissants prédateurs qui oseraient désintégrer des peuples moins puissants.

Depuis des siècles, ces peuples combattent l’islamisme dans l’indifférence totale des pays occidentaux. Puisse cette année être celle des peuples qui aspirent à l’autodetermination. Puisse-telle être l’année qui verra  les peuples opprimés rejoindre la communauté internationale.
Gloire et honneur à tous les militants de la liberté !

Lyazid Abid

Berlin, le 14.janvier 2017