La liste des candidats contestée : Le RCD se déchire à Tizi Ouzou

4
élections en Algérie

TIZI-OUZOU (Tamurt) – C’est la guerre au RCD de Tizi-Ouzou au lendemain de la confection de la liste des quinze candidats aux prochaines élections législatives. Une opacité totale a présidé à la préparation de ladite liste. Ce qui n’a pas manqué de provoquer un véritable tsunami au sein de cette formation politique, dont il ne reste qu’u lointain souvenir de l’époque où elle était un grand parti démocratique qui semait l’espoir.

La guéguerre qui ronge le premier parti à avoir été créé au lendemain des émeutes d’octobre 1988, a poussé même des cadres de la formation à rendre public un communiqué pour dénoncer la manière avec laquelle a été conçue la fameuse liste. Des membres du conseil national, des élus locaux et nationaux ont distribué un communiqué où ils s’en prennent aux membres du bureau régional. Dans la missive, les concernés parlent de dérives et de violation des dispositions statutaires et réglementaires constatées par l’encadrement régional et les militants. « Il y a une véritable politique d’inquisition, insultes, intimidations, atteinte à la morale et à l’honneur de membres du conseil national et des militants de base ».

Les déçus du RCD évoquent carrément, dans le même communiqué, un processus de fragilisation du parti qui « est consciencieusement mené dans l’objectif d’éliminer tous ceux qui ne cadrent pas avec cette vision réductrice concoctée par un groupe d’amis qui se soucient uniquement de leurs intérêts, loin de toute perspective généreuse et constructive pour le parti ». Les protestataires évoquent des attitudes de régionalisme adoptées par les membres du bureau régional et les localités du sud seraient ainsi lésées sciemment. « Au lieu de tirer les leçons des échecs aux élections de 2012 puis aux sénatoriales passées, et privilégier le débat, le bureau régional préfère mettre en quarantaine les militants et un bon nombre des membres du conseil national qui ne partagent pas sa vision hégémonique », lit-on dans le communiqué en question. Les cadres mécontents du RCD vont jusqu’à dire dans leur texte que leur parti est devenu une formation politique qui divise au lieu de rassembler telle que sa dénomination l’aurait suggéré. Mais ce constat affligeant date de plusieurs années. Il n’est pas nouveau.

 Tahar Khellaf

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici