Une liste de tous les militants du MAK est affichée dans les aéroports algériens

8

ALGERIE (Tamurt) – La police de frontières algériennes, que ce soit au niveau des aéroports ou des passages des frontières terrestres, possède une liste de tous les militants du MAK. Le moindre déplacement d’un simple militant du MAK est signalé à la haute hiérarchie des services secrets algériens. Le régime colonial fait du MAK son premier ennemi.

Les noms des militants du mouvement souverainiste kabyle sont communiqués, en effet, par les services de la police et de la gendarmerie des localités de la Kabylie. Sur la fiche des activistes du MAK, et selon des  sources crédibles, sont mentionnés les moindres détails de la personne y compris ce qui touche à leurs vies privées. En plus de l’adresse et de la date et lieu de naissance, la police algérienne mentionne la religion, les conditions sociales et le métier des militants du MAK. On signale aussi si le concerné est proche des responsables du MAK ou s’il entretient des relations avec eux.

Parfois les policiers temporisent le passage des militants du MAK au niveau de la frontière, le temps d’avoir l’aval des hauts gradés s’ils doivent laisser le passager partir ou le soumettre à un interrogatoire. Ce ne sont pas les exemples qui manquent. Vu que le nombre de militants du MAK est très important, l’aéroport d’Alger, qui accueille les émigrés kabyles, est même doté de toute une équipe spéciale pour surveiller les mouvements des souverainistes kabyles, ajoute notre source. La plupart de ces équipes de la police politique est composée essentiellement de flics kabyles, précise notre source. Ce genre de comportement renseigne sur la peur du régime colonial d’Alger de l’ampleur prise par le MAK.

Lounès B