Lors du débat sur l’étude du dédoublement de la voie ferrée – Polémique entre le wali de Bougie et le président de l’APW

1

Il y a eu une véritable polémique entre le wali de Bougie et « son » président de l’assemblée populaire de wilaya, Mohamed Bettache, mercredi, lors de la réunion tenue au siège de la wilaya afin de discuter de l’étude de réalisation de la double voie ferroviaire Bejaïa-Beni Mansour.

Alors qu’elle était inscrite, comme avait tenu à le préciser une députée du FFS Mademoiselle Ichalamen en l’occurrence, en 2008 et dont les travaux devaient débuter deux ans plus tard, voilà que c’est un quinquennat plus tard que la décision de doter la wilaya de Bougie d’un projet de dédoublement de sa seule voie ferrée, a été concrétisée.
Ceci a créé un véritable débat au niveau de cette rencontre, débat qui ne devait pas avoir lieu tant que les trois entreprises en charge de la réalisation de ce projet n’ont pas été, préalablement, désignées par le maître de l’ouvrage.

En intervenant le président de l’assemblée populaire de wilaya dira qu’il revendique, au même titre que ses pairs, d’autres projets tels que la réalisation d’une autoroute qui reliera Bougie à Alger par le littoral et une nouvelle ville qui sera implantée entre Bougie et Azzeffoune, commune dépendante de la wilaya de Tizi-Ouzou, projet, dira-t-il qui a eu l’accord de l’ancien ministre de l’habitat, Hamimi, Kabyle de Tizi-Ouzou.
Son adjoint, Kerrouche, dira, pour sa part, qu’alors que d’autres wilayas du pays ont eu droit à tous les projets de développement possibles comme celui relatif à cette décision de relier par voie ferroviaire M’sila à Djelfa après qu’elle ait été reliée de Bordj Bou Arreridj, Bougie ne pourra même pas avoir la possibilité de voir son projet, une fois réalisé, étendu aux communes du littoral, telles que Tichy, Aokas et Souk El Tenine. «Votre idée est utopique», dira le wali de Bougie, qui refuse toute proposition de développement de la Kabylie.

Amaynut