Lyazid Abid sur BBC : « Les Harkis ont été persécutés des deux côtés en 1962 »

16
lyazid-abid-sur-la-bbc

LONDON (Tamurt) – Dans une émission diffusée hier soir en directe par la télévison BBC, basée à Londre, sur les Harkis et les discours de Hollande et Sarkozy à ce propos cette semaine, l’invité, Lyazid Abid, est revenu rapidement sur leur histoire. « Je suis fils d’un maquisards, mais à vrai dire ce qu’on a fait subir aux Harkis  en 1962 est inhumain et il faut le dire. Les harkis ont été abondonés par les Français, d’abord,  et des crimes abominables ont été  commis contre eux par les Algériens par la suite.

Lyazid Abid a rappelé  que « sur les 160 000 harkis, la France n’a rapatrié qu’une partie d’entre eux. Les autres ont été laissés entre les mains de l’ALN en étant conscient du sort qui leur sera réserve; une torture épouvantable en violation avec les accords d’Evian et des droits de l’homme. D’ailleurs même ceux qui sont rapatriés, la France les a abandonnés, souvent dans le sud de la France, sans aucune aide ni soutien et dans des conditions inhumaines, pendant de longues années ». Concernant les promesses de reconnaissance des Harkis par la France, Lyazid Abid n’a pas hésité à dénoncer l’hypocrisie des politiciens français d’exceller dans la politique de récupération électoraliste au détriment des principes de justice et de rationalité qui forgent les grandes nations. « Je pense que toute la classe politique française ne parle des Harkis que par calcul politique et pour gagner leurs voix. Surtout qu’un bon nombre de harkis adhere aux idées du FN de Marine Le Pen par revanche à ce qu’eux ou leurs aïeuls on subit de la part de la France coloniale qui les avait trahi », dira Lyazid Abid.

Pour le deuxième invité de l’émission, l’écrivain et politologue H. Kilani, en directe de Paris, la France a reconnu les Harkis pour devoir de mémoire sans aucun autre calcule politique.  Il est à noter, au début de l’émission, le remarquable documentaire du journaliste R. Kessai sur les conditions de vie inhumaines des Harkis qui se sont retrouvés à la fin de la guerre d’Algérie apatrides : ni algériens, ni français.

Contacté par Tamurt sur le même sujet pour en savoir plus, Lyazid Abid nous dira : « Cet acharnement d’une rare violence a été l’oeuvre surtout des militants de la  25e heure, ceux qui ont pris les armes à la fin de la guerre; les faux maquisards. Ces derniers étaient extrêmement violents à l’encontre des Harkis pour paraître comme des hommes durs et de conviction. Une fois au pouvoir à Alger, ces mêmes usurpateurs à leur tete Ben Bella puis de Boumediene – issus de l’armée des frontières – ont continué leur purge. Ils se  sont, par la suite, attaqués aux pieds-noirs et ont massacré beaucoup de Juifs d’Algérie. Ce fascisme teinté d’islamisme subit encore aujourd’hui en Algérie, on s’attaque ouvertement aux Kabyles », dira Lyazid Abid figure de proue au sein du MAK.

Lounès B