La mafia de Souama sévit encore en toute impunité

4
La mafia de Souama sévit encore en toute impunité
La mafia de Souama sévit encore en toute impunité

SOUAMA (Tamurt) – A chaque jour suffit sa peine, dit-on. La grande tribu n At Vucɛayeb pensait en avoir fini avec le maire FFS de Souama et de ses acolytes du RND et du silence complice d’élus d’autres formations qui siègent dans cette assemblée.

Mais il est dit que M. Boukhtouche, le brinquebalant maire, FFS de fabrication, louvoyant du côté RCD et matériellement RND joue et nargue le monde grâce à l’impunité que lui accorde le wali de Tizi-Ouzou, ce bouzellouf qui s’est lui-même décrit comme « cawi rasi xcen » venu mater les Kabyles.

 Cette permissivité et ce laxisme ont fini par enhardir le maire Boukhtouche au point où il a permis à son 2è Vice-président de déserter de son mandat depuis 2 mois. Mais là n’est pas encore le pire. Ce 2è vice-président du RND a emmené dans ses bagages 3 autres élus de sa formation politique.

Aucun préavis et encore moins une passation de consignes n’ont été faits lors de ses départs que les citoyens qualifient simplement d’exfiltrations maffieuses en bande organisée.

 Mais la prévarication a atteint le summum selon des informations qui révèlent que les 4 élus du RND en rupture de ban ont utilisé des identités qu’ils ont usurpé à partir des archives de l’état civil parmi des citoyens qui ouvrent droit de facto, selon la loi, à la nationalité française.

 À noter que dans cette commune décidément très singulière, le fichier électoral fait souvent l’objet de manipulations au gré des besoins. Quand il faut escamoter des citoyens hostiles, on invoque un bug informatique, un défaut de connexion ou une fausse manœuvre. À contrario, on trouve souvent dans le même fichier des noms de personnes décédées ou inventées et qui votent … utilement.

 Oui, vous l’avez bien lu. Usurpation d’identité. Un coup préparé magistralement. Durant plusieurs semaines, les fuyards ont procédé à la vente de tous leurs biens marchandables et pris soin de signer tous les contrats avec les entreprises et artisans contractants avec l’APC pour récupérer au passage la commission convenue.

 Quant au maire de Souama toujours aussi arrogant et intouchable, il pousse l’outrecuidance jusqu’à des limites inédites. Pour contrecarrer le MAK et saborder la tenue de son 3è congrès, il a réuni les comités des villages Souama, Bouatba, Timtengal, At Sidi Amer, Ummaden, At Seḥnun, Iger, Taɛjelt, At Zellal, Levγezli pour leur demander de dénoncer la tenue de cette rencontre organique du MAK sur ce qu’il considère comme « son territoire », dissuader les citoyens de s’y rendre et dénigrer les dirigeants du MAK.

Bien entendu, il n’a obtenu en réponse que du mépris et une ineffable aversion pour cet élu sans honneur qui leur a demandé de refuser l’anaya à des frères de Kabylie.

 Plus que jamais, cet individu s’est inscrit en relief dans les tablettes du déshonneur et de la vilénie. Et personne ne doute que tôt ou tard, il devra rendre compte de ses forfaits. Cela fait aussi partie de l’anaya kabyle.

 VUVHIR, LE 3 MARS 2016, UN GROUPE DE PATRIOTES DES AT VUCƐAYEV