Maintenus en dépit de la dénonciation de la société civile : Les habitants d’Akbou brûlent les panneaux publicitaires Salafistes

30

BOUGIE (Tamurt) – Face aux refus des autorités locales de la région de Bougie de retirer les panneaux publicitaires porteurs de messages d’obédience Salafistes, les habitants d’Akvou ont décidé de résoudre le problème seuls.

Des jeunes en colère face à cette énième humiliation ont saccagé hier soir une dizaine de panneaux dans la ville d’Akvou, dont certains ont été même brûlés, selon une source locale. Les jeunes ont justifié leur acte par le fait que l’administration locale continue à leur tenir têteet qui continue à maintenir les publications. Une attitude perçue comme une provocation et une humiliation pour la société civile dans cette région de la Kabylie. Les jeunes d’Akvou ont juré de saccager tout objet ou panneau porteur de message religieux quelque soit son caractère. Pour eux la laïcité est un principe. Ce geste hautement symbolique est largement salué ce matin sur la toile. « L’initiative des habitants d’Akvou est à méditer à travers tout le territoire de la partie Kabylie », peut-on lire sur un mur d’un activiste du MAK.

La publication des messages Salafistes au premier jour de mois de ramadhan à travers à toutes les localités de Bougie a suscité la colère des tous les habitants de la région. Ces ont exigé de les retirer, mais les autorités concernées continuent à faire la sourde oreille. Le pouvoir use de par toutes les ruses et par tous les moyens possibles d’imposer un islam radical en Kabylie, étrange à celui pratiqué par nos aïeux depuis la nuit des temps.

A Tizi-Ouzou des imams qui prêchent des discours pour consolider la culture arabe et s’aligner sur un islam slafiste qui prône le terrorisme ont été en mutés par le ministère des affaires religieuses dans les villages. Deux d’entre eux ont été chassés d’ailleurs la semaine passé par les habitants de Fréha.

Des projets de réalisation de 1200 mosquées en Kabylie afin de promouvoir le Salafisme est en cours d’étude. Les travaux ont été entamés au niveau de certaines localités. Cette politique dévastatrice de la culture Amazigh inquiète à plus d’un titre les Kabyles.

Le MAK salue l’action des jeunes d’Akvou

La campagne de salafisation de la Kabylie se poursuit à travers des panneaux géants qui nous rappellent les années de gloire du FIS, à l’origine du terrorisme et de l’assassinat de 250 000 personnes.

Après la capitale des Hamadites, c’est au tour de la ville d’Akbou de subir ces nouvelles foutouhate. Devant cette entreprise d’occupation de tous les espaces par les relais salafistes du régime raciste d’Alger, la société civile réagit d’abord à travers le Mouvement pour l’Autonomie de la Kabylie (MAK).

La coordination MAK d’Akbou qui condamne « ces actions destinées à dépersonnaliser la Kabylie afin de la soumettre au salafisme qui agit comme un puissant dissolvant culturel et identitaire », dénonce avec force l’utilisation des opérateurs économiques locaux à des fins de prosélytisme salafiste.

Hier, dans la nuit, les citoyens d’Akvou ont brûlé les affiches géantes, signe de résistance citoyenne saluée par la coordination MAK d’Akbou.  » Cet acte que nous saluons, incarne la dignité, l’honneur et la laicité. Trois valeurs qui fondent l’identité et la personnalité kabyles. Le peuple kabyle refuse et rejette cette politique d’arabisation par l’instrumentalisation de la religion. La Kabylie ne sombrera jamais dans l’islamisme et l’arabisme. Elle triomphera de tout grâce à ses valeurs séculaires . « 

Les citoyens d’Akvou et d’Ighram, ont tagué sur les murs des slogans hostiles au salafisme: «NON A L’ISLAMISME».

Youva Ifrawen