Les maires de Kabylie : Soixante six stèles silencieuses et obéissantes ?

1
siège APC Ifigha

KABYLIE (Tamurt) – Le citoyen, M. Achour Arrouche, un fonctionnaire de la commune d’Ifigha, très apprécié par ses pairs, par les citoyens de sa commune et qui a contribué par ses mérites et son sens des relations à enraciner les relations extérieures de la commune, a été dépouillé de ses droits, privé de tout revenu, interdit de rejoindre son poste de travail et livré délibérément à la répression de la police et de la gendarmerie qui sont là, comme chaque Kabyle le sait désormais, en mission pour mater le peuple kabyle.

Le responsable de cette discrimination primaire porte un nom : il s’appelle Hami, prétendu maire d’Ifigha qui a poussé le zèle jusqu’à supprimer les bourses et les primes de scolarité des filles du citoyen Arrouche. Ces incroyables dérives sont étrangères aux usages, aux coutumes, à la tradition et à la culture kabyle. Ce sont même les dernières provocations que peut supporter l’opinion publique locale

Devant ces graves faits, nous exigeons une réponse claire et sans équivoque des 66 autres maires du département kabyle Tizi-Ouzou qui doivent dire s’ils cautionnent les agissements indignes du maire d’Ifigha ou s’ils les désapprouvent.

Adressé aux maires de :

Tizi-Ouzou, Ain El Hammam, Akbil, Fréha, Souama, Amechras, Irdjen, Timizar, Makouda, Dra Lmizan, Tizi Ghénif, Bounouh, At Chafaa, Frikat, At Aïssi, At Zmenzer, Iferhunen,Iaazugen, Illulen Umalu, Yakuren, Larvaa n At Iraten, Tii Raced, Zekri, Wagnun, Ain Zawiya, Mkira, At Yehya, At Mahmud, Maatka, At Vumehdi, At Vuyusef, At Dwala, Illilten, Wizgan, At Agwaca, Iwadiyen,Azeffun, Tigzirt, At Aysa Mimun, Vughni, At Umalu, Tirmitin, Aqerru, Yatafen, At Ziki, Dra Xedda, At Wasif, Idjer, Meqlaa, Tizi n Tlala, At Yanni, Aghriv, Iflissen, Vujima, At Yahya Umusa, Suq letnin, At Xlili, At Naaman, Ivudraren, Agni n Ighran, Mizrana, Imsuhal, Tadmayt, At Vuaddu, At Si Yusef, At Tudert.

Absences, demi-mesures, faux-semblants ou vagues échappatoires ne sauront être des excuses à des dérobades qui ne peuvent être assimilées qu’à des lâchetés.

Nous attendons de votre part une condamnation ferme et sans équivoque de la félonie du maire d’Ifigha qui, se cachant derrière les mitraillettes des gendarmes et des policiers, s’adonne sans vergogne à jouer au sheriff local et qui croit pouvoir mater At Γuvri en attendant de gagner les galons d’un super bachagha.

LE GROUPE DE PATRIOTES KABYLES