La mairie d’Annaba rejette les prénoms amazighs

15
Mairie Annaba

ALGÉRIE (Tamurt) – L’administration coloniale algérienne s’est à nouveau érigée en matamore devant un citoyen chaoui résidant à Annaba, en l’occurrence, Abdelmajid Labidi, qui s’est vu refuser l’inscription de sa nouveau-née au registre d’état civil de la ville éponyme.

C’est avec stupeur et indignation que le nouveau père de famille a été sèchement reconduit ce dimanche 29 janvier par le préposé au guichet lui signifiant que le prénom amazigh « Tanila » ne figure nullement sur la liste des noms proposée par le régime colonial algérien.

Ne s’étant pas voué vaincu par cette décision arbitraire, M. Labidi a décidé de porter l’affaire devant la justice en engageant maître Kouceila Zerguine, avocat au barreau d’Annaba et membre de la Ligue algérienne des droits de l’Homme.

Amnay