Le MAK a brassé large en réussissant une imposante marche à Bougie

2
BOUGIE (Tamurt) – « L’Algérie coloniale, Kabylie indépendante » est le slogan le plus scandé par les militants du MAK qui ont réussi, en cette matinée ensoleillée du 20 avril, à Bougie, une imposante marche pour la célébration du 36e anniversaire du printemps amazigh.
 
Une vraie démonstration de force et une sorte de confirmation de l’ampleur que prend, de plus en plus, le mouvement en Kabylie. Malgré la présence de policiers en civil parmi les marcheurs et un hélicoptère qui les survolait depuis le rassemblement au campus de Targa Ouzemmour, une sorte de tentatives d’intimidation, les manifestants étaient très nombreux et déterminés plus que jamais à arracher l’indépendance de leur mère patrie la Kabylie. D’ailleurs pour faire dans la provocation, les services de sécurité ont également mobilisé une dizaine de véhicules d’intervention qu’ils ont stationnés à côté du commissariat central.
 
Organisés en plusieurs carrés, les militants du MAK, armés de drapeaux kabyles et de banderoles appelant à une indépendance, étaient regroupés autour des membres de la direction, Mouloud Mebarki, président du conseil national, Farid Djennadi, secrétaire général du MAK, Razik Zouaoui, qui avaient à leurs côtés le chef de département de Tamazight à l’université de Bougie, Allaoua Rabhi en l’occurrence. Au carrefour de Naceria, les marcheurs se sont arrêtés pour hisser sur un pylône une plaque baptisant la route au nom de Matoub Louanes. 
Arrivés, aux environs de midi trente, à la placette Saïd Mekbel auréolée de drapeaux algériens suite au passage du kabyle de service et ministre algérien, El Hadi Ould Ali, les organisateurs ont invité les présents à se masser loin de ce lieu pour dire, encore une fois, que le drapeau algérien n’appartient pas aux kabyles, eux qui ont, désormais, leur propre drapeau. 
 
C’est à partir du talus mitoyen à cette placette que Rahim, le président de la confédération d’Akbou, animera la rencontre. Il donnera la parole, en premier, au président du bureau régional Bougie-Jijel-Sétif, qui dira, en un mot, qu’il n’est plus possible de laisser la Kabylie collée à un état algérien arabe et islamiste.  Lui succédant, Mouloud Mebarki, président du conseil national du MAK, fustigera les relais du pouvoir en déplorant la sous-traitance faite par ce pouvoir mafieux à ses relais en Kabylie. Intervenant en dernier, Farid Djennadi, secrétaire général, dénoncera l’état rabe d’Alger qui ne cesse d’emprisonner les amazighs qui revendiquent leurs droits, en faisant allusion aux dirigeants du mouvement Mzab qui croupissent dans les prisons algériennes.      
 
Amaynut
Avril 2016 imposante marche à Bougie DR Tamurt

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici