Le MAK remet à sa place la presse algérienne

8

COMMUNIQUE (Tamurt) – La presse algérienne qui a adopté comme coutumes, la non-dénonciation de la répression chronique que le pouvoir colonial  algérien inflige aux militantes et militants du MAK. Cette presse qui ne dit pas un mot de nos exploits ni de nos réalisations sur le terrain, sort soudain de son mutisme pour mener une campagne de diffamation mensongère à grande échelle contre notre mouvement.

Au moment où la vie des militants et leurs familles est menacée. Au moment où les intimidations et les tentatives d’affamer nos militants et militantes sont tues par la presse algérienne. Tel un orchestre dirigé  d’une baguette invisible, toutes les voix du pouvoir algérien se sont mises à distiller et diffuser des mensonges sans aucun fondement dans la réalité.

Nous apportons ici un démenti catégorique avec force et vigueur  concernant les informations erronées  de l’existence d’un  projet de destitution du président du gouvernement provisoire kabyle en exil ANAVAD. Nous informons ceux qui veulent  semer les grains de la discorde dans nos rangs entre les dirigeants de l’intérieur de la Kabylie et ceux de l’extérieur, que leur entreprise est vaine et vouée à l’échec. Nous démentons toutes les rumeurs faisant état de dissension ou guerre au sein de la famille souverainiste  kabyle.

La presse algérienne soumise aux ordres et sans crédibilité, voit dans le fonctionnement démocratique de notre mouvement, des pratiques exotiques  ou carrément étrangères à la classe politique algérienne dominée par des luttes claniques, la dictature des despotes et les intrigues du palais. La famille souverainiste kabyle, représente l’avenir démocratique de la Kabylie. Nous sommes unis et restons inébranlables face à ce pouvoir colonial et  illégitime d’Alger et de sa presse.

Nourdine Mezzi, Secrétaire National à l’information