Malaise à l’université de Tizi-Ouzou : Désignation d’un 4e recteur en quelques mois

1
UNiversité Mouloud Mammeri

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Vraisemblablement, la crise qui secoue l’université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou ne cesse de s’exacerber. Cette institution est en passe de ressembler au club de la Jeunesse sportive de Kabylie qui a battu le triste record en ce qui concerne le nombre d’entraineurs qui s’y sont succédé.

A l’université de Tizi-Ouzou, ce sont les recteurs qui se succèdent à la vitesse de la lumière. Ainsi, samedi dernier, un autre nouveau recteur a été désigné à la tête de cette structure universitaire fréquentée par pas moins de cinquante mille étudiants. Désigné il y a à peine trois mois, le Professeur Arezki Derridj n’est plus recteur de cette université depuis samedi. Pour l’instant, on ignore s’il a été limogé ou bien si c’est lui-même qui a jeté l’éponge compte tenu de la situation inextricable dans laquelle se débat l’université de Tizi-Ouzou.

Une chose est, en revanche, sûre, ce départ voulu ou imposé a un lien direct avec la crise. Arezki Derridj vient d’être remplacé à la tête de l’université par un autre professeur, ancien doyen de la faculté des sciences  économiques, commerciales et sciences de gestion, en l’occurrence Ahmed Tessa.  Ainsi, en si peu de temps, quatre recteurs sont passés par là et trois n’ont pas fait long feu.  Il y a eu d’abord M. Hannachi qui a été remplacé par Saïd Ouerdane. Ce dernier n’a tenu que huit mois. Un record par rapport à son successeur Arezki Derridj qui n’a pas pu aller au delà de trois mois. On se demande si Ahmed Tessa ira plus loin que ses trois prédécesseurs ?

Lyès Medrati