La marche d’El Hoceila réprimée par le Makhzen

1
Marche d'El hoceima

MAROC (Tamurt) – La marche pacifique à laquelle a appelé le mouvement Hirak à El Hoceima, pour le 21 juillet, a été réprimée par les services de sécurité Marocains. Des milliers de personnes ont été dispersées et empêchées de tenir leur rassemblement pourtant pacifique.

Un nombre impressionnant de militaires et policiers a été mobilisé par le Makzen. Des affrontements ont éclaté entre manifestants et les forces de l’ordre à travers toute la ville d’El Hoceima, épicentre de protestation au Rif depuis le mois d’octobre dernier. Des blessés ont été dénombrés. La presse locale affirme que plus de 76 blessés ont été admis aux services des urgences, dont un jeune de 16 ans qui est entre la vie et la mort.

Les manifestants Rifains voulaient exiger la libération de leur leader El Zefazafi et le retrait des forces militaires de toute la région du Rif. Avec l’interdiction de cette marche, le pouvoir Marocain n’a fait qu’enfoncer le clou. Le Rif sera replongé pour une longue durée dans le pourrissement et un avenir des plus incertains. Le nombre des personnes mobilisées pour cette marche est impressionnant. Malgré l’interdiction de la manifestation, le régime Marocain semble touché par l’ampleur de la mobilisation, surtout que le peule du Rif ne veut pas baisser les bras.  Le scénario du Rif nous fait rappeler le printemps noir en Kabylie, entre 2001 et 2002. Sauf que le régime Algérien a tiré avec des balles réelles sur les kabyles alors que celui du Maroc n’a pas osé franchir pour le moment cette ligne rouge.

Ravah Amokrane