Marche et grève demain à Ath Dwala – La population réclame la « libération » de Ali Laceuk

2

« Enlevé », selon ses proches, Ali Laceuk, un jeune handicapé disparu depuis le 23 février dernier n’a pas encore donné singe de vie. Après un rassemblement organisé lundi dernier devant le tribunal de Tizi-wezzu, la famille Laceuk et les comités de villages d’Ath Dwala ont appelé ce matin à une grève générale et une marche prévue demain matin à 10h. La marche débutera depuis le siège de l’APC vers le commissariat du chef lieu d’Ath Douala. La famille d’Ali Laceuk reproche à la justice le fait d’avoir libéré M.B, dit Mohand originaire des Issers, dans la wilaya de Bouremdès. Ce dernier est, selon les parents d’Ali Laceuk, le dernier à appeler leur fils. M.B a été, pour rappel libéré par la justice faute de preuves. Selon la même source, M.B, une connaissance de la famille, aurait promis à Ali de l’aider dans l’obtention d’un visa.

Cette énième disparition tient en haleine toute la région des Ath Dwala qui souffrent du cauchemar des enlèvements. Plusieurs personnes originaires de cette région, dont un jeune originaire du même village que Ali, à savoir Tala Khelil implanté juste un peu plus haut que le barrage de Taksebt ont été enlevées depuis l’apparition du phénomène des enlèvements.

L’action de demain se veut comme un sursaut d’orgueil de la population qui refuse de baisser la tête devant cette fatalité qui s’abat sur la région de Kabylie dans sa totalité. C’est aussi une manière de dire au pouvoir en place quelle population peut se prendre en charge. La région de béni douala est connue pour être dans l’oeil du cyclone. Elle n’a pratiquement échappée à aucun phénomène. Le terrorisme et son corolaire, le grand banditisme, y ont fait bon ménage.

Mohand T.