Marche populaire à Akbou : Première démonstration du MAK en prévision de la grande marche du 20 avril

24

BOUGIE (Tamurt) – Dès 9 h 30 du matin, un premier carré s’est formé devant le lycée Mohand Ouharoun, lieu du début de la procession. Un groupe de bénévoles a commencé à distribuer des documents et déclarations du MAK et de l’G.P.K., le Gouvernement provisoire kabyle.

C’est à 11 h que les milliers de personnes qui ont rejoint le lieu du rendez-vous ont entamé leur marche. On pouvait remarquer dans les premières lignes, entre autres, des cadres du Mouvement pour l’Autonomie de la Kabylie, à l’exemple de Mebarki Mouloud, Bouaziz Ait Chebib et Razik Zouaoui ainsi que des représentants de la coordination MAK intervillages et interquartiers d’Akbou. Un grand poster du Président du Gouvernement provisoire kabyle (GPK), M. Ferhat Mehenni, a été porté par un groupe de jeunes militants. Des banderoles rédigées en Kabyle et en français ont été levées par les manifestants. On pouvait lire notamment : « Votre répression renforce notre détermination », « Gouvernement provisoire Kabyle » ou bien « Bouteflika n’est pas le président du peuple Kabyle ».

Du lycée Mohand Ouharoun, lieu du départ de la manifestation, vers la place centrale de la ville d’Akbou, les marcheurs n’ont pas cessé de scander : « Assa, Azzeka, GPK yella yella » (aujourd’hui, demain, le GPK, sera présent) ou encore « Vive le GPK ». Ce rendez-vous a été aussi l’occasion de dénoncer le climat d’insécurité vécu au quotidien par les citoyens d’Akbou, l’ignorance des figures emblématiques de la Kabylie, le détournement des impôts payés par les Kabyles et le chômage qui gangrène la jeunesse d’Akbou.

Une fois la procession arrivée à la place centrale d’Akbou, l’hymne national kabyle a été entendu et une minute de silence a été observée à la mémoire des martyrs de la Kabylie. Une prise de parole a été entamée par M.Bendjamal Jugurtha de la section MAK d’Akbou. Après avoir remercié les citoyens d’Akbou d’avoir répondu présents à l’appel de la section locale du MAK, il a dénonçé la marginalisation politique, économique et sociale de la Kabylie.

M. Bouaziz Ait Chebib a, pour sa part, et après avoir fait un historique sur les conditions de création du Gouvernement provisoire Kabyle, a réaffirmé l’engagement du MAK dans sa lutte pour la concrétisation du statut d’autonomie régionale pour la Kabylie. « Devant la négation du pouvoir central, le peuple kabyle n’a pas d’autres choix que de se prendre lui-même en charge à travers une autonomie régionale. Cette exigence est une étape incontournable pour la prospérité politique et économique de la Kabylie », a déclaré M. Chebib, avant d’ajouter que « l’Algérie des peuples commence par une Kabylie autonome. »

Quant à M. Razik Zouaoui, responsable du département de l’éducation et de la promotion de la langue et de la culture kabyle au sein du MAK, il a mis l’accent sur la nécessité de préserver l’identité de la Kabylie et de son héritage culturel. Il a dit que les Kabyles n’ont plus rien à attendre du pouvoir algérien qui folklorise leur culture et a insisté sur le fait que c’est aux Kabyles eux-mêmes de promouvoir leur langue et leur culture.

Comments are closed.