Marches à Bgayet et Tizi Ouzou : Issad Rebrab oublié

0

KABYLIE (TAMURT) – Pour la quinzième fois consécutive, les rues de Bgayet et Tizi Ouzou ont accueilli encore, hier vendredi 31 mai, des milliers de manifestants dans le cadre de ce que d’aucuns qualifient d’une révolution « contre le pouvoir algérien ».

C’est donc une grande affluence qui a été enregistrée dans les deux villes kabyles à l’instar des grandes villes algériennes et de la capitale Alger. Comme il fallait s’y attendre, un élan de solidarité énorme a été exprimé, ce vendredi, aussi bien par les manifestants ayant battu le pavé dans la ville de Bgayet que par ceux de Tizi Ouzou à la mémoire du martyr du combat pour les droits de l’Homme Kamel Eddine Fekhar décédé la semaine dernière après l’observation d’une longue grève de la faim et l’indifférence criminelle du pouvoir algérien. Des centaines de portraits de Kamel Eddine Fekhar ont été brandis dans toutes les marches ayant eu lieu hier vendredi ainsi qu’une infinité de slogans dénonçant les arrestations politiques de militants des droits de l’Homme et des causes justes mais aussi qu’une enquête soit ouverte pour situer les responsabilités dans la mort de Kamel Eddine Fekhar.

D’autre part et étrangement, aucun slogan en faveur de l’homme d’affaires kabyle Issad Rebrab, en prison depuis le 22 avril dernier, n’a été scandé par les manifestants des deux villes où pourtant, Rebrab jouit d’une large popularité, semble-t-il. En effet, autant les manifestants ont exprimé leur solidarité avec la famille de Kamel Rddine Fekhar, autant un silence total a été remarqué au sujet du sort qui attend Issad Rebrab. Pourtant, au lendemain de son arrestation, le 22 avril dernier, après sa présentation devant le tribunal de Sidi Mhamed à Alger, il y a plusieurs manifestations de soutien exigeant la libération de l’homme le plus riche d’Algérie aussi bien à Bgayet qu’à Tizi Ouzou et Bouira ainsi que dans des localités où Rebrab possède des usines comme dans la région des Ouadhias où se trouve l’usine « Lala Khedidja » produisant de l’eau minérale.

Plusieurs interrogations se posent concernant cette volte-face concernant la réaction de la population par rapport à l’arrestation de Issad Rebrab. D’aucuns se demande où sont passés les dizaines de milliers de citoyennes et de citoyens qui ont déclaré publiquement et avec détermination qu’ils n’allaient pas abandonner Issad Rebrab à ce triste sort imposé par le pouvoir actuel. Que s’est-il donc passé entre temps ?

Tarik Haddouche

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici