Marches à Tigzirt et Michelet pour la libération des porteurs des drapeaux amazighs

2
Drapeau amazigh
Drapeau amazigh

KABYLIE (TAMURT) – La ville de Tigzirt, à 40 kilomètres au nord du chef-lieu de la wilaya de Tizi Ouzou, a abrité hier, mercredi, une grandiose marche populaire avec la participation de centaines de personnes qui ont sillonné les différentes rue de la localité avant d’observer un rassemblement de protestation devant le tribunal.

Il s’agit d’une action qui vise à revendiquer la libération des détenus qui ont été arrêtés ces deux dernières semaines dans la capitale Alger pour avoir brandi les drapeaux berbères. La marche de Tigzirt hier a vu la participation de plusieurs catégories d’âges de la société. Les manifestants ont scandé des slogans hostiles au pouvoir algérien et à toutes ses figures qu’elles soient civiles ou militaires qui font la chasse aux amazighs après avoir perdu toutes les batailles pour assurer son maintien. La marche s’est déroulée dans un climat pacifique et aucun incident n’a été enregistré.

Dans le même sillage, un rassemblement de protestation a eu lieu avant-hier à Michelet en Haute-Kabylie également dans le but d’exiger que les manifestants ayant été « accusés » de porter atteinte à l’unité nationale en brandissant des drapeaux amazighs soient libérés. Comme nous avons eu à le souligner déjà, il est fort à parier que la chasse aux porteurs des drapeaux amazighs vise à créer une diversion dans le but de mettre un terme à l’élan populaire né le 22 février dernier et qui n’arrive pas à s’essouffler malgré mille et une tentatives de « l’éteindre ».

Tarik Haddouche

2 COMMENTAIRES

  1. Sauf nos symboles sont représentatifs de notre identité, sauf notre langue est le moyen de communication officiel. La mystification qui voudrait que nous aurions accépté le drapeau messaliste comme le notre est un mensonge, tout comme nous n’avions jamais accépté le congrès du caire et le pouvoir issu du coup d’Etat de 62.

  2. Aujourd’hui les drapeaux demain on n’aura même plus le droit de critiquer Gaid sous peine de crime de lèse majesté . Une des pires dictatures qui enfin révèle au grand jour l’étendue de sa médiocrité.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici