Marginalisation de Tamazight : L’université de Bougie paralysée par les étudiants

2
Marche RN 9

BOUGIE (Tamurt) – Les marches de protestation contre la marginalisation de Tamazight se multiplient à travers la Kabylie et même dans le pays des chaouis. Hier, mercredi, le campus d’Aboudaou a été fermé par les étudiants qui étaient en grève depuis l’annonce du vote des députés contre Tamazight.

Un colloque qui devait s’y dérouler a été reporté et le recteur a été empêche, par les étudiants postés à l’entrée, d’y pénétrer. Au même moment une assemblée générale de l’ensemble des étudiants de l’université de Bougie se tient au campus de Targa Ouzemmour où les deux blocs d’enseignement et le rectorat ont été fermés. Il a été question, durant cette assemblée, d’une éventuelle action corsée consistant en une grandiose marche vers Alger pour reproduire, en quelque sorte, un autre 14 juin. La Kabylie est en ébullition suite au mépris des députés algériens. L’indépendance de la Kabylie ou tout au moins la régionalisation de l’Algérie, dans l’immédiat, pointe du nez et il ne serait pas facile pour le pouvoir d’Alger de l’éviter. Outre ces étudiants, les lycéens et les collégiens de Darguina, Aokas et Tichy ont investi la route nationale n° 9, menant de Bougie à Sétif, pour des marches spontanées.

Celles-ci ont occasionné des perturbations dans la circulation routière. En effet, pour éviter ces processions humaines, il fallait aux conducteurs slalomer entre les voies de droite et de gauche. Tantôt, il fallait rouler à droite et tantôt à contre sens afin d’avancer. Il n y a eu qu’une perte de temps pour les automobilistes sans aucun autre dégât. Mais l’importance des ces marches, dont celles de Batna et Tuβiret se sont soldées par des émeutes et arrestations, ont secoué les décideurs qui se retrouvent devant une situation des plus compliquées.

Amaynut