Matoub Lounès : l’anniversaire

2
Matoub Lounès
Matoub Lounès

KABYLIE (TAMURT) – Si les forces du mal obscurantistes ne l’avaient pas lâchement assassiné, le 25 juin 1998, à Tala Bounane, Matoub Lounès aurait célébré son 64ème anniversaire, demain, vendredi 24 janvier 2020. Mais…

Malgré sa disparition physique, Matoub Lounès est omniprésent dans l’esprit de tous les kabyles et des berbères. Il est d’ailleurs l’une des rares personnalités voire le seul dont la population et le mouvement associatif commémore même l’anniversaire de la naissance, en plus de celui de son assassinat bien entendu. D’ailleurs, à Tizi Ouzou, plusieurs activités culturelles sont prévues à partir d’aujourd’hui à la maison de la culture « Mouloud-Mammeri » pour revisiter la vie, l’œuvre artistique et le combat de Matoub Lounès pour l’amazighité, contre le pouvoir algérien et contre l’intégrisme islamiste.

Dans son village natal aussi, Taourirt Moussa, près d’Ath Douala, des activités commémoratives du 64ème anniversaire de la naissance du rebelle sont au menu à partir d’aujourd’hui, a-t-on appris. Matoub Lounès est par ailleurs omniprésent dans tous les espaces publics en Kabylie avec notamment sa voix et ses chansons qui retentissent quotidiennement et tout au long de l’année. Matoub Lounès est également présent dans les librairies et les espaces de lecture à travers les dizaines de livres ayant été écrits aussi bien sur sa poésie, sur sa musique que sur son combat dans les rangs du Mouvement Culturel Berbère (MCB) au temps du parti unique et après le semblant d’ouverture démocratique d’octobre 1988.

Des milliers de kabyles et de berbères allumeront, ce soir et demain, des bougies à la mémoire de Matoub Lounès pour lui dire qu’en dépit de son absence physique lourde à porter, il n’en demeure pas moins qu’il reste vivant dans les cœurs de tout un chacun.

Tarik Haddouche

2 COMMENTAIRES

  1. milieu des années 80, alors que je jouais au foot avec mes copains sur la route de notre village, à l’époque il n y’avait pas beaucoup de voiture qui circulaient (inimaginable maintenant,,,!), soudain tout le monde s’est mis à crier Matoub Matoub, c’était le rebelle avec sa grosse touffe de cheveux, il nous a salué de la main et continua sa route à bord de sa voiture blanche….

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici