Message de Lyazid Abid aux Kurdes

2
Message de Lyazid Abid aux Kurdes

KURDISTAN (Tamurt) – Persécutés par les différents régimes qui se sont succédé à la tête de tous les régimes des Etat-nations qui se partagent le Kurdistan, depuis les accords de Sykes-Picot et le dépeçage de l’Empire ottoman, les Kurdes émergent aujourd’hui sur la scène régionale et internationale comme acteurs de premier plan. C’est dans ce contexte qu’un colloque, organisé par l’Academy for Politics and Democratic Thought et le Parti de l’union démocratique, le PYD, s’est tenu la semaine passée à Sulaymaniyah et auquel Lyazid Abid, était invité à prendre la parole. Ne pouvant s’y rendre voici le texte qu’il a envoyé aux participants et qui a été lu à l’assistance  parmi laquelle se trouvait aussi l’avocat de Nelson Mandela. 

Honorable assistance, je vous salue chaleureusement au nom du peuple kabyle.
La Kabylie vous félicite pour vos éclatantes victoires militaires et diplomatiques. Votre détermination force l’admiration de tous les peuples épris de liberté de par le monde. Pour les peuples amazigh d’Afrique du Nord, dont nous faisons partie, vous êtes la lueur d’espoir que le reste du monde nous refuse. Vos victoires sont aussi les nôtres. Nous nous associons à vos souffrances, à vos joies et à votre rêve de liberté et d’indépendance aussi  fous soient-ils.

Comme vous, nous misons sur des femmes et des hommes libérés dans leur tête pour qu’à leur tour ils libèrent la terre de nos ancêtres. Effectivement, il ne sert à rien de libérer des parcelles de terre alors que ceux qui y habitent demeurent enchaînés mentalement. Un homme libre est une valeur sûre, il sera capable de tous les exploits. C’est dans cet état d’esprit que l’éternelle Kobané a été libérée de haute lutte. Ce vent de liberté exalte nos peuples et  fait peur aux fanatiques religieux et aux bâthistes. En Afrique et en Asie, le réveil des peuples opprimés vient sonner le glas du modèle ’’Etat-Nation’’ dépassé par le temps et inapproprié à nos sociétés.

Ce qui se joue à Rojava est inédit. Une nouvelle page de l’histoire de l’humanité est en train de s’écrire. Elle s’écrit avec le sang des femmes et des hommes décidées de s’affranchir de toute forme de soumission. L’écho de votre révolution a traversé vos frontières. En Kabylie, il est accueilli dans la joie et l’espoir. Nous avons bien compris que ce qui se passe à Kobané dépasse de loin l’épisode de la chute des dictateurs, c’est une forme inédite de gouvernance qui émerge sous forme d’administration politique non étatique ou encore de démocratie sans État. il est évident que les démocraties gouvernent, là où les États se contentent d’administrer. Les États sont fondés sur la force, les démocraties se basent sur le consensus collectif.

Les Kabyles aussi, comme les autres peuples d’Afrique du Nord, tous issus de la grande famille amazigh, se battent pour briser les chaînes de la tyrannie. L’oppresseur, ce n’est plus la France mais une nouvelle forme coloniale, résidu de l’ancien impérialisme arabe et du colonialisme français, qui impose la culture arabe et l’islam à un peuple amazigh et laïc. Ce nouveau vecteur s’appelle l’Algérie. C’est un pays qui a choisi le mensonge et la falsification de l’histoire comme mode de légitimation. Aujourd’hui, elle se sait condamner à disparaître.

L’Algérie agonise et va être  emportée dans sa chute avec les pays bâtis sur la même idéologie. Son instinct de survie l’a poussée à organiser, en avril dernier, des rencontres secrètes entre Damas et Ankara, dans le seul but d’empêcher Rojava d’accéder à un statut d’autonomie ou d’indépendance. La liberté de votre peuple lui donne des sueurs froides. Sachez mes frères Kurdes que cette position est dénoncée par la Kabylie. Nous savons que c’est notre liberté qui est aussi visée. La Kabylie est votre alliée naturelle jusqu’à la fin des temps. Nous, peuple kabyle, dénonçons avec vigueur les tentatives algériennes de torpillage du statut d’auto-gouvernance accordé à Rojava après un combat héroïque contre des islamistes aguerris et dotés de matériel lourd.

La stabilité du Moyen Orient, de l’Afrique du Nord et du monde entier réside dans liberté et la reconnaissance des peuples qui cherchent à s’auto-gouverner.

En mon nom personnel, au nom du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie, je vous souhaite un plein succès dans vos travaux. N’oubliez pas que le Kurdistan à une sœur aujourd’hui bâillonnée qui s’appelle la Kabylie.

Vive la démocratie,
Vive le Kurdistan libre
Vive la Kabylie indépendante
Gloire et honneur à tous les peuples qui se battent pour leur liberté

Lyazid Abid
Munich, 9 juillet 2016