Mettre fin à l’oligarchie

3
Mettre fin à l'oligarchie
Mettre fin à l'oligarchie

IFRANE (Tamurt) – Tout projet social et des valeurs partagées pour les peules amazighs d’Afrique du Nord est d’une importance capitale pour l’émergence de notre contrée sur la scène internationale et l’efficience d’actions militantes.

En effet, La définition  de ces valeurs, sans surtout se gargariser de promesses aussi futiles que vaines. Elles ne doivent pas être des vœux dépendants d’une volonté politique mais s’assumer à des  actions concrètes. La tache est très ample, il va falloir la sérier à des fins didactiques et la présenter dans ses fondements à savoir pour notre société la présentation des valeurs de :

– rationalité et liberté

– réhabilitation officielle dans les faits de l’identité, langue et culture amazigh en lui conférant le même statut constitutionnel et juridique que l’arabité qui, toute deux sans prédominance aucune forment le facteur de l’indivision intra nationale et/ nord africaine.

– solidarité et paix

1° – la rationalité implique la construction d’une société de connaissances scientifiques.

L’école devra être moderne, recevoir la priorité au plan financier et s’ancrer sur des langues porteuses de savoir, essentiellement donc les langues des pays de haute technologie.

 2°- La liberté devra recouvrir tous les éléments de la vie  sociale à savoir :

* la liberté religieuse

* l’émergence des femmes à tous les postes de responsabilité sans aucune discrimination

* l’indépendance des médias

* la liberté d’association

* l’indépendance de la justice

 3°- la solidarité exige qu’il y n’ait  aucun segment  de la société qui soit marginalisé. Cette vertu implique :

* la fin de toute discrimination basée sur l’ethnie, la race, la religion, la langue

* l’octroi d’un revenu de dignité pour toute personne qui n’a pu s’intégrer dans l’activité économique * la multiplication des possibilités de se former à tout âge.

 4°- la réhabilitation de l’amazighité, c’est l’aisance même de la personnalité Nord Africaine.

Dés lors, la négation d’une parie de ce qui constitue avec l’arabité le socle de l’unité intra nationale et nord  africaine cessera et mettra à l’évidence la réalité, les faits historiques et géographique dans les  quels évoluent les populations de cette contrée. Persister par idéologie politique, machiavélique,   autisme, cécité, et dans tout ce qui contribue à la division d’un peuple plus unis que jamais, c’est ce rendre irresponsable et coupable des lendemains incertains et nuisibles au développement sociaux-économiques et culturels, tant à l’intérieur de nos pays respectifs que dans notre s/continent en général.

5°- la recherche de la paix conditionne la cohésion sociale.

Elle suppose au préalable qu’il n’y ait aucun segment social qui soit dominateur. Ce sont les privilèges  que s’octroient les dominants qui sont à l’origine des  émeutes qui agitent nos contrées. Les réprimer demande des dépenses de sécurité

très importantes au détriment des investissements économiques, et humains. Et le blocage économique sera la source de tensions sociales, Il faut nous rendre à l’évidence: on ne résous pas les problèmes soulevés par une émeute en augmentant les effectifs et les salaires des corps de sécurité mais en faisant l’inverse. La paix suppose donc

 — la reconversion graduelle à des activités civiles de l’ensemble des corps de sécurité. Les armes pléthoriques entravent le développement

–  Le transfert graduel des prérogatives des corps de sécurité à des institutions civiles. C’est là, la condition de la cohérence d’une démarche visant la promotion de l’homme.

–  le rejet de toute politique belliqueuse à l’endroit des peuples et nations voisines.

Depuis les indépendances, nos pays ont viré vers le totalitarisme et son triptyque: le militarisme, le baathisme et le salafisme. Ce système enrichissant des oligarchies, mais bloquant toute évolution. Il vient d’atteindre le terme ultime de son fonctionnement caractérisé par le chaos.

Il va falloir revoir touts les fondamentaux de nos sociétés et non se contenter de réviser les disposi tifs juridiques qui seront fatalement inopérants

Madjid Ait Mohamed

 Ifrane « Maroc » du 27.11.2015 au 29.11.2015

Membre Fondateur de la Ligue Algérienne pour la  défense des Droits de l’Homme