Militant du MCB : Mehdi Siam ressuscité à Tizi Ouzou

0
MEHDI SIAM
MEHDI SIAM

KABYLIE (Tamurt) – Un hommage particulier et inédit sera rendu aujourd’hui au regretté Mehdi Siam, militant du Mouvement Culturel Berbère et aussi des droits de l’Homme et de la démocratie, décédé en 1998. L’hommage aura lieu dans la ville de Tizi Ouzou grâce à une louable initiative prise par ses anciens camarades de lutte.

Parmi ces derniers, on peut citer Mokrane Ait Larbi, Ahmed Ait Bachir, Said Khelil, Brahim Tazaghart et Said Chemakh. Toutes ces personnalités et bien d’autres seront au rendez-vous de cet hommage qui débutera aujourd’hui à 9 heures avec le dépôt d’une gerbe de fleurs sur la tombe de Mehdi Siam au niveau du cimetière de Mdouha dans la vile de Tizi Ouzou. Après quoi, un rassemblement est programmé à la maison de la culture Mouloud-Mammeri, suivi d’une conférence avec les cinq militants précités. Le programme sera ponctué, après la fin de la conférence, par la présentation de la pièce théâtrale « Tacbaylit ». Au niveau du hall du même établissement culturel, le public pourra aussi visiter une exposition tout au long de la même journée. Pour les toutes nouvelles générations, il est utile de rappeler que Mehdi Siam était l’un des plus importants militants du mouvement culturel berbère bien avant l’ouverture dite démocratique de 1988.

Après l’autorisation de la création des partis politiques en Algérie, en 1989, Mehdi Siam rejoint le RCD (Rassemblement pour la culture et la Démocratie) qu’il quitte deux année plus tard en compagnie de Mokrane Ait Larbi et Ahmed Ait Bachir et de tant d’autres figures après avoir constaté et découvert la grande supercherie qui se cachait derrière le sigle du RCD. Mehdi Siam n’abandonne pas pour autant le combat pour les causes justes. Il demeure dans les rangs du MCB-Commissions nationales en compagnie d’autres figures connues de ce mouvement dont Said Khelil, Djamel Zenati, Matoub Lounès, Said Chemakh, Arab Aknine, Mouloud Lounaouci et la liste est très longue bien sûr. Il était en compagnie de Matoub Lounès et de Masin Ferkal quand un gendarme avaient tiré sur le rebelle en octobre 1988. Mehdi est décédé le 18 septembre 1998 suite à une longue maladie.

Tahar Khellaf