Les militants mozabites Khodir Sekkouti et Salah Abbouna en liberté provisoire

2
Abbouna et Sekouti

COMMUNIQUE (Tamurt)- L’Assemblée Mondiale Amazighe (AMA) aimerait informer l’opinion public que la Cour Centrale de l’instruction n°4 de l’Audience Nationale (Haute Cour) a concédé la liberté provisoire aux militants amazighs algériens Khodir Sekkouti (vice-président de l’AMA) et Salah Abbouna, et qui ont quitté la prison depuis lundi dernier, dans la soirée, après que la juge reçoit les documents appropriés que les deux militants jouissent du statut de réfugié, accordé par le siège de Rabat du Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés au Maroc. Des documents reconnus par le HCR en Espagne à Madrid.

Le HCR-Espagne et Amnesty International ont exprimé leurs décisions qu’ils ne devraient pas être extradés vers l’Algérie. Le HCR reconnaît que si dans le cas où ils seront extradé vers leur pays, ces deux militants des droits de l’homme et des droits de leur minorité Mozabite risquent la détention arbitraire, ce qui constitue une violation de l’article 9 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques des Nations Unies, de subir un traitement inhumain et dégradant, de la torture, une autre violation de l’article 7 du Pacte et de la Convention contre la torture du 10 Décembre 1984. Ils risquent même d’être exécutés, comme le souligne le HCR, et ce serait une violation du droit à la vie consacré par l’article 6 du Pacte international. Du fait qu’ils sont reconnus comme réfugiés, relevant du mandat du HCR, depuis Février 2016, et donc protégés par la Convention de Genève de 1951, ces deux militants pacifistes amazighs devraient être libérés le plus tôt possible et profiter de leur pleine liberté de mouvement et de la pensée.

A cet égard, l’Assemblée Mondiale Amazighe tient à remercier les grands efforts de la défense, assurée par les avocats José Luis Galán Martín et María Galán López, qui ont entamé leur défense dès le début de leur détention. En outre, il apprécie la solidarité et la dynamique du Comité de soutien Khodir Sekkouti et Salah Abbouna à Paris, en particulier Nadia At Aissa, Alberto Arricruz, Mohand Bakir, l’avocate Fatiha Rahmouni, Yasmina Oubouzar, l’association Izmulen de défense les droits des At Mzab et son président Mohamed Dabouz, l’organisation Tamazgha et son président Masin Ferkal, l’Association canarienne Azar et son président Luiz Falcon, Bouaziz Ait-Chebib, Dalil Makhloufi et les avocats Saleh Dabouz et Noureddine Ahnine. Sans oublier les organisations amazighes marocaines, plus particulièrement Izefran, Tawada et OADL, qui ont co-organisé avec notre ONG le sit-in devant l’Ambassade d’Espagne à Rabat le 14 Septembre dernier. Et nos remerciements vont aussi à Mariam Wallet Aboubacrine, actuel présidente du Forum permanent sur les droits des peuples autochtones des Nations Unies et aux membres des familles de Sekkouti et Abbouna pour la confiance qu’ils ont manifestée à l’égard de notre organisation et de nos avocats.

Signé : Rachid RAHA, présidente de l’Assemblée Mondiale Amazighe